Le patron d'Apple était visiblement agacé quand un analyste lui a demandé s'il avait une stratégie

Tim Cook

Tim Cook, DG d'Apple. Wikimedia Commons

Apple a peut-être atteint ses objectifs au quatrième trimestre, mais les investisseurs ne sont clairement pas satisfaits de la baisse des ventes de tous les produits clés de l'entreprise.

L'action Apple a baissé d'environ 3% après la clôture mardi. Et son DG Tim Cook a eu bien du mal à convaincre Wall Street que l'entreprise allait connaître un nouvel élan de croissance.

Mais le moment qui a peut-être le mieux résumé la situation actuelle de l'entreprise est arrivé pendant la conférence téléphonique des résultats, mardi, quand le patron d'Apple a répondu à une question notable d'un analyste, en étant sur la défensive.

L'analyste a commencé en soulignant qu'Apple n'avait pas sorti de nouveau produit majeur depuis un moment puis a demandé : "Est-ce qu'Apple a une stratégie d'envergure pour les 3 à 5 prochaines années ? Je sais que vous n'allez pas nous la donner, mais en avez-vous une ?"

Tim Cook a répondu en disant : "Nous avons la plus forte pipeline que nous ayons jamais eue et sommes tout à fait confiants sur les choses qui s'y trouvent, mais comme d'habitude, nous n'allons pas révéler ce qu'il y a à l'intérieur."

La "forte pipeline" est une formule de rigueur chez Apple pour ce type de questions. Mais il était difficile de rater l'agacement dans la voix de Tim Cook, d'autant qu'il n'a pas ajouté d'autres commentaires, pas même des platitudes sur l'innovation chez Apple.  

Puis, quelque chose de vraiment intéressant est arrivé.

L'impensable

L'analyste a posé une nouvelle question pressant Apple de dire si l'entreprise a la maîtrise de sa stratégie ou si elle réagissait simplement aux changements du marché.

"Nous sentons très bien où vont les choses et sommes assez agiles pour nous adapter", a indiqué Tim Cook, laconique. 

C'était un signe frappant du changement significatif subi par la réputation d'Apple en quelques années, après trois trimestres de baisse des ventes et l'absence d'un nouveau gadget révolutionnaire.

Apple était le leader incontestable du secteur tech sous Steve Jobs. C'eut été impensable pour un analyste de Wall Street alors d'avoir la témérité de demander si l'entreprise avait une stratégie ou se contentait de réagir à ce que font les autres. 

Apple est le créateur de l'iPhone. L'entreprise ne suit pas les autres, elle donne le ton.

Mais ces jours-ci, les analystes de Wall Street qui posaient des questions pendant la conférence Apple ne prennent plus rien pour acquis. Collectivement, ils ont pressé Apple sur sa direction — notamment en charge de l'Apple Car — et des détails sur ses comptes.

 

Version originale : Kif Leswing/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

VIDEO: Une nouvelle tendance venue de Nouvelle-Zélande consiste à dévaler des routes sur un tricycle en dérapant — voici à quoi ressemble le drift trike

  1. Ces gens là se moquent de la vie réelle, seule l'idéologie compte pour eux. La politique des quotas pour avoir 50-50 dans les assemblée est une autre preuve, au lieu de privilégier les compétences pour avoir des assemblées compétentes on préfère avoir des assemblées paritaires.

Laisser un commentaire