Restez sur vos gardes en utilisant Gradient, l'appli qui révèle à quelle star vous ressemblez

Business Insider France a testé la fonction "You Look Like" de Gradient avec une photo libre de droits. Selon l'application, la femme en question ressemble à la chanteuse Avril Lavigne. Unsplash/Gradient

Depuis quelques jours, les réseaux sociaux sont envahis de montages photos comparant une personne lambda à une célébrité. Ces quadryptiques viennent de Gradient, une application de retouches photo dont la fonctionnalité la plus utilisée est de vous révéler à quelle star vous ressemblez le plus. L'application a déjà été téléchargée 8 millions de fois sur l'App Store et Google Play, notamment depuis que le clan des Kardashian-Jenner en a fait la publicité sur Instagram mi-octobre. Depuis, des utilisateurs curieux mais aussi d'autres célébrités se prêtent au jeu et font grandir la popularité de l'application. 

Si vous avez envie d'essayer la nouvelle appli à la mode, quelques précautions sont à prendre. Le téléchargement semble gratuit, mais dès qu'elle est installée, l'application propose deux formules d'abonnement : 21,99€ par mois, ou 5,49€ par semaine. Jusque là, rien d'anormal pour un outil de retouche photos. Sauf que la majorité des utilisateurs qui la téléchargent veulent seulement s'en servir pour savoir à quelle star ils ressemblent, et souscrivent donc à l'essai gratuit de 3 jours. Et c'est là qu'il faut faire attention. L'essai gratuit est automatiquement suivi de l'abonnement mensuel. Plusieurs utilisateurs se sont laissés avoir, et ont été débités automatiquement de 21,99€, ou 20$ aux États-Unis, après les trois jours d'essai. 

L'application pousse les utilisateurs à souscrire à un abonnement payant. Attention, l'essai gratuit de trois jours peut réserver de mauvaises surprises. Gradient

Pour ne pas tomber dans le piège, il ne suffit pas de supprimer l'application au troisième jour gratuit. Il faut, au moins 24 heures avant la fin de l'essai, aller dans les paramètres d'abonnement de votre smartphone et vous désabonner de l'application dans l'AppStore ou le PlayStore. Selon Mashable, les téléchargements ont déjà rapporté plus de 1,1 million de dollars à l'application. 

Des zones d'ombre autour du développeur de l'application 

L'application Gradient est intrigante sur bien d'autres aspects que le financier. On ne sait pour le moment pas grand chose sur son développeur, appelé Ticket To The Moon, Inc.

Sur la page LinkedIn de Gradient, quatre employés apparaissent. Les deux créateurs de l'application, les ukrainiens Vladyslav Urazov et Bogdan Matveev, avaient déjà développé une application de retouches photo par le passé. Appelée Teleport, elle a été rachetée par Snap, la maison-mère de Snapchat, pour 8 millions de dollars en 2018.

Les profils de Vladyslav Urazov et Bogdan Matveev indiquent qu'ils résident dans la Baie de San Francisco, en Californie. Le responsable du programme d'intelligence artificielle, George Kasparyants, ainsi que le responsable commercial, Alexander Chernoburov, sont, eux, tous deux basés à Moscou, en Russie. 

Le siège social est indiqué comme se situant à San Francisco sur LinkedIn. Mais dans les conditions d'utilisation, l'application est basée à une autre adresse, cette fois ci à Las Vegas, dans le Nevada. L'adresse correspond à celle de MyCompanyWork, un service de conseils juridiques qui a confirmé à Mashable que le développeur de l'application, Ticket To The Moon, Inc, était bien un de leurs clients. 

Mais ce n'est pas tout : avant que Las Vegas soit indiqué comme localisation, le média américain Mic avait relevé dans les conditions d'utilisation une adresse située dans le Delaware, et correspondant à celle de l'entreprise d'investissement Meihua Capital Partners LLC. L'État du Delaware est notamment connu pour être un paradis fiscal. 

À lire aussi — Voici comment supprimer rapidement vos données de FaceApp

Qu'en est-il du traitement des données personnelles ?

Une localisation floue, des employés en Russie, et une application au succès fou ? L'histoire de Gradient rappelle celle de FaceApp, l'application aux filtres vieillissants très réalistes qui avait été accusée d'utiliser les données personnelles de ses utilisateurs et de les stocker en Russie cet été. Ce n'est donc pas étonnant que certains utilisateurs se posent des questions sur la sécurité de Gradient. 

Mais la dernière application à la mode est plus sécurisée que la précédente. "Gradient semble avoir appris des erreurs de FaceApp, en tout cas ils sont beaucoup plus préparés", affirme Nicolas Chagny, président de l'ONG de protection des internautes Internet Society France.

Dans les conditions d'utilisation, il est bien indiqué que Gradient n'est pas propriétaire des photos qui lui sont envoyées, mais qu'en téléchargeant l'application, vous accordez à Gradient une licence d'utilisation "mondiale non exclusive, entièrement payée et libre de redevance, transférable, pouvant faire l'objet d'une sous-licence". En clair, cela leur donne le droit d'utiliser vos données pour une autre plateforme, s'ils décident d'en créer une. Pour Nicolas Chagny, cela n'a rien d'alarmant, cette licence d'utilisation est classique pour les applications.  

La politique de confidentialité stipule également que les "données faciales" ne sont ni stockées, ni partagées à des tiers. Gradient écrit clairement que l'application ne vend pas les données de ses utilisateurs à d'autres services ou sociétés de publicité. Les données collectées servent uniquement à améliorer et développer l'application. "Leur politique de protection des données personnelles est bien faite, ils font même référence au RGPD", souligne le président de l'Internet Society France. 

La politique de confidentialité va jusqu'à donner un contact légal en Europe, à Prague, pour répondre aux questions des utilisateurs sur le RGPD. L'âge minimum est bien fixé à 16 ans pour un utilisateur européen, contre 13 en dehors de l'Europe. Gradient évoque même son obligation légale d'effacer les données récoltées sur un utilisateur européen si celui-ci le demande.

L'application Gradient semble plus respectueuse des données personnelles de ses utilisateurs que FaceApp. Mais il vaut mieux rester prudent en se servant de la fonction à la mode "You Look Alike". App Store/Gradient

"L'application est un peu limite en terme de pratiques commerciales, pour les abonnements au tarif élevé, mais sur le plan juridique et la protection des données personnelles, il n'y a rien à redire", confirme Nicolas Chagny. 

Pas de quoi s'inquiéter donc, mais comme toujours avec ce genre d'application, mieux vaut être prudent, insiste le président de l'Internet Society France : "il y a toujours des risques, malgré toutes les conditions générales. Les utilisateurs oublient souvent que ce sont eux la première faille dans le dispositif."

Quelques règles de base sont donc à appliquer si vous téléchargez Gradient : n'envoyez pas à l'application une photo de vous qui vous dérangerait si une faille venait à l'exposer au grand public, et n'envoyez pas non plus la photo d'une autre personne sans son contentement, même si vous tenez absolument à voir si votre mère ressemble à Beyoncé. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Pourquoi l'appli FaceApp pourrait discrètement aspirer vos données personnelles

VIDEO: Cette maquilleuse créé d'effrayants personnages — vous n'imaginerez jamais ce qu'elle utilise