Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

L'équipementier du Rafale est porté par les contrats militaires mais il prévient que la fête est finie

L'équipementier du Rafale est porté par les contrats militaires mais il prévient que la fête est finie
© REUTERS/Charles Platiau

Thales a annoncé mercredi une solide hausse de son chiffre d'affaires trimestriel grâce à ses activités spatiales et à l'effet de grands contrats militaires remportés en 2015 et 2016, mais ses prises de commandes reculent à cause de l'aérospatiale et du transport.

Le recul est de 2% à périmètre et taux de change constants sur le trimestre, à 2,281 milliards d'euros, avec un seul contrat supérieur à 100 millions d'euros contre 14 sur l'ensemble de 2016.

Ce contrat se monte à 1 milliard d'euros, avec l'armée française, rappelle Les Echos.

A titre de comparaison, le groupe avait enregistré au premier trimestre 2016 des contrats significatifs dans le multimédia de bord et dans les activités de formation et simulation dans l'aérospatiale. Et le 23 septembre dernier, il avait bénéficié de l'achat par l'Inde de 36 avions de combat Rafale de Dassault Aviation qu'il équipe en radars, équipements de communication et calculateurs, soit près d'un quart de la valeur de l'avion.

Thales, dont les deux actionnaires majoritaires sont l'Etat et Dassault Aviation, a cependant confirmé tous ses objectifs, notamment des prises de commandes d'environ 14 milliards d'euros en 2017, soulignant que le recul des trois premiers mois de l'année est en ligne avec ses attentes.

Thales réaffirme aussi viser une hausse de 9% à 11% de son bénéfice d'exploitation (Ebit) et une marge de 9,5% à 10% en 2017/18.

Il a annoncé vendredi dernier le rachat de l'américain Guavus pour un maximum de 215 millions de dollars (198 millions d'euros) afin de se renforcer dans le traitement et l'analyse des mégadonnées (big data), une technologie cruciale pour ses clients dans l'aérospatiale, la défense et la sécurité.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :