Le Royaume-Uni a 2 semaines pour régler la facture du Brexit, prévient l'UE

Le Royaume-Uni a 2 semaines pour régler la facture du Brexit, prévient l'UE

Michel Barnier, négociateur en chef de l'UE sur le Brexit. REUTERS/Eric Vidal

Michel Barnier, le négociateur en chef de l'Union européenne sur le Brexit, a averti ce vendredi 10 novembre 2017 que la suite des négociations sur le Brexit serait mise en pause tant que le Royaume-Uni ne s'engagerait pas à payer des dizaines de milliards d'euros pour régler sa sortie de l'Union européenne, rapporte Business Insider UK.

Il a ainsi déclaré:

"Si ce n'est pas le cas, alors nous continuerons et cela repoussera d'autant l'ouverture des discussions sur l'avenir — y compris la transition post-Brexit."

Le pays dirigé par la Première ministre Theresa May a deux semaines pour cela, puisque l'UE doit décider d'ici la fin du mois si la deuxième phase des négociations sur la transition post-Brexit et les relations futures entre l'UE et le Royaume-Uni, peut débuter comme prévu le 4 décembre prochain.

Cette "facture du divorce" liée au Brexit est l'objet de vives tensions entre Londres et Bruxelles, les premiers estimant la dette à quelques dizaines de milliards d'euros alors que les autres réclament entre 60 et 100 milliards d'euros.

En privé, la Première ministre britannique Theresa May serait prête à augmenter de façon conséquente le montant que le Royaume-Uni est prêt à payer à l'UE. 

Business Insider UK rapporte que des ministres britanniques et autres hauts représentants ont confié au Financial Times que Theresa May est résignée à payer plus que 20 milliards d'euros. Le 20 octobre dernier, elle aurait aussi annoncé à des dirigeants européens son intention de régler 40 milliards d'euros, doublant ainsi de précédents engagements, mais cela reste en deçà des attentes de l'UE.

La Première ministre britannique fait l'objet de pressions au sein de son propre parti pour payer le moins possible. Mais selon un ministre interrogé par le FT, "l'argent n'est pas le problème. Le vrai problème est de décider quelle sera notre relation post-Brexit avec l'UE".

Michel Barnier a par ailleurs souligné que des progrès restaient à faire sur les deux autres dossiers-clés des discussions: les droits des ressortissants de l'UE vivant au Royaume-uni et ceux des Britanniques vivant dans l'UE, ainsi que la question de la frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord.

Par ailleurs, le ministre britannique chargé du Brexit a confirmé hier soir que le Royaume-Uni sortira officiellement de l'UE le 29 mars 2019 à 23h00 GMT, deux ans jour pour jour après l'activation de l'article 50 du traité européen par Theresa May. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Cet accident d'une navette autonome française à Las Vegas rappelle tous les obstacles à franchir avant que la voiture sans chauffeur soit omniprésente

VIDEO: La championne du monde de foot freestyle est française — on vous la présente

  1. Antoine92

    Depuis plusieurs siècles la Perfide Albion a bâti ses fortunes sur le boniment et la tromperie de 100% de ses partenaires Commerciaux , Politiques, Militaires, Industriels, Culturels.
    Cette Culture Britannique va se manifester encore plus ardue au moment de quitter le Train de l'Europe, et si l'Europe récupère 60 Milliards d'€uros ce sera déja un miracle !!!

    • antony stewart

      J'etai dans une école diplomatique européenne. j'ai 15 ans de plus pour observer et apprendre le méchanisme politique. tu veux que je négocie ton prix d'assurance ou de voiture avant de te présenter ta voiture? l'EU recoit 1.5 milliards par an des batiements perfides qui entourent bruxelles, IL y a 3 fois plus d'employés de lobbye qu'il y a de politiques a bruxelles, et ils veulent réduire ta paye... Par ce que les voitures electriques vont t'economiser 70,000 euros dans ta vie, ça fait 2-3 ans moins de boulot en moyen... A bruxelles ils vont faire des lobbye pour te payer moins, pour te rajouter tes 2 - 3 ans de boulot, et t'aura rien a dire par ce que c'est moderne et instable a bruxelles. bruxelles c'est pas pour le peuple, c'est pour les idéalistes platoniques qui préferent se faire poignarder dans le dos en quittant les perfidies humaines qu'y faire face. liberaux sociaux et conservateurs economiques... je te guarantie que les 70,000 euros qu'on economise sur le petrole, ils vont passer dans les debtes des banquiers de saint tropez, du 1er arrondissement, tu te fais rouler dessus avec ton amour aveugle de bruxelles. EU c'est bruxelles c'est pas le pouvoir du peuple.

  2. antony stewart

    Cool, EU devient comme l'amérique... Des batiments cubiques partout surmontés de noms commercials, des monocultures plein la campagne toxique pour la vie, des velos electriques a puissance pathétique sans gachette, pour encourager le petrole, 1.5 millards d'euros dépensés par les investisseurs en lobbye de bruxelles tous les ans... Et si vous voulez changer de cap EU, vous avez pas le droit de quitter, ou ILS FIXERONT LE PRIX DE DEPART AVANT DE NEGOCIER LES TERMES!!!... Si tu veux je fixe un prix pour ton assurance avant de te donner des termes de contrat. L EU c'est la fin de la couleur locale, du controle local, des lois locales, de l'argent local. les pieces d'argent sont moches on dirait quelles sortent d'un trouduc d'obfuscation. EU corporatist beuropacity sux.

Laisser un commentaire