Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Sanofi et Regeneron testent un médicament contre l'arthrite comme traitement du Covid-19

Sanofi et Regeneron testent un médicament contre l'arthrite comme traitement du Covid-19
Les deux géants pharmaceutiques sont entrain de mener un essai clinique mondial, pour lutter contre le Covid-19. © AP

Actuellement, il n'existe aucun traitement ou vaccin approuvé pour le coronavirus. Mais lundi 16 mars, le laboratoire pharmaceutique français Sanofi et la société de biotechnologie new-yorkaise Regeneron ont annoncé avoir lancé un programme mondial de test du Kevzara comme traitement pour les cas graves de COVID-19, la maladie causée par le coronavirus. Ce nouvel essai clinique a commencé à New York. Le Kevzara a été approuvé aux États-Unis en 2017 pour le traitement de la polyarthrite rhumatoïde. Le médicament agit en inhibant un mécanisme biologique qui peut entraîner une réaction inflammatoire excessive dans les poumons des patients atteints de COVID-19, ont expliqué les deux entreprises.

Regeneron dirigera les essais aux États-Unis, tandis que Sanofi dirigera les essais dans d'autres pays. L'étude est en cours, les premiers patients ayant été traités le 17 mars. Deux éminents prestataires de soins de santé de New York, Northwell Health et le Mount Sinai Health System, recrutent actuellement des patients. Il n'a fallu que quatre jours pour lancer l'essai, ont déclaré les responsables de l'hôpital et de l'entreprise lors d'une conférence de presse qui s'est tenue le 20 mars dernier. "Depuis plus de 20 ans que je participe à la recherche clinique, nous n'avons jamais pu avancer aussi rapidement", a déclaré Christina Brennan, vice-présidente de la recherche clinique des instituts Feinstein pour la recherche médicale de Northwell Health.

L'étude sera divisé en deux parties : une première à court terme et l'autre à long terme

Pour participer à l'étude, les patients doivent présenter un cas de COVID-19 classé comme grave ou critique, ou souffrir d'un dysfonctionnement de plusieurs organes. Tous les patients doivent avoir une pneumonie et de la fièvre pour pouvoir s'inscrire. Cette première étude américaine testera une combinaison de Kevzara et de soins de soutien habituels d'un côté, et un placebo de l'autre. Les participants de l'étude seront répartis au hasard en trois groupes : le premier recevra une faible dose de Kevzara, le second recevra une forte dose de Kevzara et le troisième recevra le placebo. L'essai sera divisé en deux parties. La première partie évaluera l'impact du Kevzara sur la fièvre et le besoin des patients en oxygène d'appoint. La seconde partie s'attardera sur les résultats à plus long terme, comme la prévention du risque mortel et la réduction du besoin en ventilation mécanique. Une fois la première partie terminée, les entreprises pourront modifier certaines caractéristiques de l'étude en fonction des premiers résultats, comme le changement d'un paramètre ou la force du dosage.

Les deux fabricants de médicaments ont d'autres projets de recherche sur le COVID-19 en cours. Sanofi prévoit de commencer un essai clinique début 2020 pour un vaccin qu'elle développe, tandis que Regeneron a pour objectif de commencer à tester un traitement expérimental à base d'anticorps plus tard cet été. Dans le reste du monde, plusieurs pays s'engage dans la course au vaccin. Ce lundi 23 mars, le quotidien anglophone Global Times rapportait que la Chine est entrain d'entamer le test d'un vaccin contre le coronavirus sur des humains. À ce jour, le virus a tué 14 000 personnes dans le monde.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a condamné lundi l'administration de médicaments aux patients infectés par le nouveau coronavirus avant que la communauté scientifique se soit accordée sur leur efficacité, mettant en garde contre les "faux espoirs" qu'ils pourraient susciter.

Version originale : Andrew Dunn / Business Insider US. Traduit de l'anglais par Mégan Bourdon.

À lire aussi — Un premier essai clinique pour un vaccin contre le coronavirus est mené aux États-Unis, voici ce qu'on en sait

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :