La planète Saturne va perdre une caractéristique clé de son apparence plus vite qu'on ne le pensait

Une image de Saturne en fausse couleur prise par Voyager 1 en 1980. NASA/JPL-Caltech

On reconnaît tous la planète Saturne grâce à ces grands anneaux. Mais un jour, la géante gazeuse pourrait perdre ses anneaux et ce moment pourrait arriver bien plus tôt que prévu, rapporte CNET.

Selon une nouvelle étude de la NASA, les anneaux — constitués en grande partie de glace avec quelques roches et de poussière — pourraient totalement disparaître dans 300 millions d'années, voire 100 millions d'années d'après les données récoltées par la sonde Cassini avant de se désintégrer en septembre 2017.

100 ou 300 millions d'années semblent être une éternité pour nous, humains, mais pour une planète vieille de plus de quatre milliards d'années, ça ne représente pas grand chose. 

Le planétologue de la NASA James O'Donoghue a expliqué pourquoi les anneaux de Saturne disparaissaient — ce phénomène est d'ailleurs appelé "la pluie des anneaux" :

  • Les poussières de glace des anneaux [ndlr: chargées électriquement] "sont attirées vers Saturne à cause de la gravité de la planète."
  • Elles se vaporisent alors dans l'atmosphère de la planète. 
  • "La quantité d'eau des anneaux déversée sur la planète pourrait remplir l'équivalent d'une piscine olympique toutes les trente minutes", qui a pour effet la disparition progressive des anneaux.

Les chercheurs de la NASA ne savent pas tout du phénomène. Ils aimeraient notamment savoir comment le changement de saisons et la façon dont Saturne orbite autour du soleil font varier la quantité de pluie des anneaux. Cette quantité pourrait en effet changer en fonction de l'exposition solaire que reçoit la géante gazeuse.

Regardez la modélisation du phénomène de pluie des anneaux en vidéo:

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le lever du soleil sur Mars émet un son étrange — et les scientifiques l'ont enregistré

VIDEO: Voici comment le câble sous-marin de Facebook et Google va fonctionner