Publicité

Se faire vacciner réduit drastiquement les risques de mourir du Covid-19, selon une étude anglaise

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Se faire vacciner réduit drastiquement les risques de mourir du Covid-19, selon une étude anglaise
Un médecin du NHS se prépare à administrer le vaccin Moderna contre le Covid-19 dans un centre de vaccination à Londres. © Dinendra Haria/SOPA Images/LightRocket via Getty Images
Publicité

Se faire vacciner contre le Covid-19 réduit considérablement le risque de mourir du coronavirus, selon des données réelles recueillies en Angleterre. Selon les chiffres publiés lundi 13 septembre par l'Office of National Statistics (ONS) du Royaume-Uni, 0,8% des décès de personnes entièrement vaccinées étaient liés au Covid-19 entre janvier et juillet 2021. Ces chiffres concernent les personnes décédées 21 jours ou plus après la deuxième dose.

À titre de comparaison, environ 37% des décès de personnes non vaccinées étaient liés au Covid-19 au cours de la même période, selon les données. Au total, 57 263 personnes entièrement vaccinées en Angleterre sont décédées au moins 21 jours après leur deuxième dose de vaccin, et seuls 458 décès étaient "liés" au Covid-19. Au cours de la même période, 38 964 décès en lien avec le Covid-19 ont été enregistrés chez des personnes non vaccinées.

À lire aussi — Covid-19 : premiers résultats 'positifs' pour un vaccin nasal 100% français qui résisterait aux variants

Le professeur Kevin McConway, professeur de statistiques appliquées à l'Open University, au Royaume-Uni, a affirmé dans une déclaration au Science Media Center lundi 13 septembre que les données montrent que les vaccins sont efficaces pour prévenir les décès dus au Covid-19, mais qu'ils ne sont pas "parfaits".

"Certaines personnes meurent quand même du Covid-19, même si elles sont entièrement vaccinées", a-t-il rappelé. "Aucun vaccin n'est efficace à 100%", a-t-il ajouté, précisant qu'il était important de recevoir les deux doses.

Les données de l'ONS proviennent du recensement et des dossiers médicaux des médecins de famille, considérés comme représentatifs de 79% des personnes âgées de 10 ans ou plus vivant en Angleterre. Elles ne portaient pas spécifiquement sur les variants. Le Delta, hautement infectieux, qui peut éviter partiellement la réponse immunitaire, est devenu dominant au Royaume-Uni en juin.

Kevin McConway a déclaré que ces données prouvaient que les personnes vaccinées avaient moins de risques de mourir du Covid-19 que les personnes non vaccinées, mais qu'elles ne pouvaient pas être utilisées pour déterminer l'efficacité du vaccin. La population des groupes vaccinés et non vaccinés pourrait différer de manière importante — les groupes à haut risque étant prioritaires pour les vaccins, par exemple, a-t-il ajouté.

Les données américaines publiées vendredi 10 septembre ont montré que les Américains vaccinés étaient 11 fois moins susceptibles que les Américains non vaccinés de mourir du Covid-19.

Version originale : Dr Catherine Schuster-Bruce/Insider

À lire aussi — Une vaccination complète réduirait de moitié le risque de Covid long

Découvrir plus d'articles sur :