Le gendarme américain de la Bourse lance des poursuites contre Elon Musk et veut priver le patron de Tesla d'exercer des fonctions dirigeantes

REUTERS/Patrick T. Fallon

  • La Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme américain de la Bourse, poursuit le DG de Tesla, Elon Musk, pour des "déclarations fausses et trompeuses" dans des tweets du 7 août dernier où il annonçait la sortie de la cote de Tesla pour 420 dollars par action.
  • La SEC affirme que Musk savait qu'il n'avait pas conclu d'accord en ce sens et l'accuse d'avoir trompé le public en connaissance de cause.
  • La SEC veut interdire à Musk d'exercer les fonctions de DG d'une entreprise cotée.

La Securities and Exchange Commission, le gendarme américain de la Bourse, poursuit le DG de Tesla, Elon Musk, pour des "déclarations fausses et trompeuses" et veut lui interdire d'exercer les fonctions de DG d'une entreprise cotée.

La plainte de la SEC fait suite aux tweets d'Elon Musk sur un projet de sortie de la cote de l'entreprise de voitures électriques pour 420 dollars par action, affirmation qu'il avait faite sur Twitter et à ses 22 millions de fans le 7 août dernier.

Les actions Tesla ont perdu jusqu'à 11 % dans les échanges après-Bourse.

La SEC assure que le tweet initial de Musk au sujet du retrait de Tesla de la cote était "faux et trompeur" et qu'il a continué à tweeter de telles déclarations, l'une d'elles étant: "Le soutien des investisseurs est confirmé. La seule raison pour laquelle ce n'est pas certain, c'est que c'est suspendu au vote des actionnaires."

La SEC affirme que les tweets de Musk ont causé le chaos sur les marchés et nui aux investisseurs.

Voici un extrait de la plainte:

"Musk savait ou était imprudent de ne pas savoir que chacun de ces énoncés était faux et/ou trompeur parce qu'il n'avait pas une base adéquate en fait pour ses affirmations. Lorsqu'il a fait ces déclarations, Musk savait qu'il n'avait jamais discuté d'une transaction de retrait de la cote à 420 dollars par action avec une source de financement potentielle, qu'il n'avait rien fait pour déterminer s'il serait possible pour tous les investisseurs actuels de rester avec Tesla en tant que société non-cotée via un 'fonds spécial' et qu'il n'avait pas confirmé le soutien des investisseurs de Tesla pour une potentielle transaction de retrait de la cote."

Musk a répondu au procès de la SEC dans un communiqué: "L'action injustifiée de la SEC me laisse profondément attristé et déçu. J'ai toujours agi dans le meilleur intérêt de la vérité, de la transparence et des investisseurs. L'intégrité est la valeur la plus importante de ma vie et les faits montrent que je n'ai jamais compromis cela d'aucune façon."

Les premières informations selon lesquelles la SEC avait assigné Tesla à comparaître au sujet du tweet de Musk sont apparues le 15 août.

Musk a également tweeté le 7 août qu'il avait "obtenu du financement" pour une telle transaction et que la seule étape restante du processus était d'obtenir l'approbation des investisseurs.

Quelques semaines plus tard, cependant, Tesla a annoncé qu'elle ne sortirait pas de la Bourse. Dans un communiqué de presse du vendredi soir, Musk avait expliqué que le financement de l'accord n'avait en fait pas été obtenu et que les discussions préliminaires n'avaient pas abouti.

"Après avoir examiné tous ces facteurs, j'ai rencontré le conseil d'administration de Tesla hier et je leur ai fait savoir que je crois que la meilleure solution est que Tesla reste en Bourse", a écrit Musk. "Le conseil d'administration a indiqué qu'il était d'accord."

Version originale: Linette Lopez/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les dernières pitreries d'Elon Musk sur Twitter ont conduit Tesla en terre inconnue — et pourraient avoir des conséquences juridiques pour le DG

VIDEO: Quand il ne travaille pas, ce consultant en management se bat avec des haches en métal vêtu d'une armure médiévale