Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le secteur automobile accélère en Bourse après les déclarations de l'ambassadeur américain en Allemagne

Le secteur automobile accélère en Bourse après les déclarations de l'ambassadeur américain en Allemagne
© ... ne - Austrian Grand Prix - Red Bull Ring, Spielberg, Austria - July 1, 2018 Mercedes' Lewis Hamilton, Ferrari's Kimi Raikkonen and Mercedes' Valtteri Bottas lead the field at the start of the race REUTERS/Leonhard Foeger TPX IMAGES OF THE DAY

Il a suffi d'une déclaration outre-Rhin pour que le secteur automobile s'emballe en Bourse, jeudi 5 juillet. L'ambassadeur des Etats-Unis en Allemagne, Richard Grenell, a dopé les cours en assurant lors d'une réunion aux dirigeants de Daimler, Volkswagen et BMW, que le président américain Donald Trump pourrait abandonner ses menaces de droits de douanes.

Les voitures en provenance de l'Union européenne (UE) échapperont à une taxe de 20% si l'UE lève ses droits sur les importations d'automobiles américaines, a-t-il précisé, selon le quotidien allemand Handelsblatt.

Résultat, l'indice Stoxx de l'automobile redémarre. Il affiche, et de loin, la plus forte hausse sectorielle en Europe, gagnant 3,95% autour de 15h25, après avoir perdu jusqu'à plus de 16% depuis la mi-mai.

com

A la Bourse de Paris, l'ensemble des valeurs automobiles s'inscrivent en progression à 15h25, que ce soit les constructeurs Renault (+2,85%) et Peugeot (+3,20%), ou les équipementiers Michelin (+2,92%), Valeo (+3,65%) et Plastic Omium (+3,15).

Les groupes automobiles allemands, ciblés en particulier dans les menaces formulées par le président américain, ne sont pas en reste. Vers 15h43, Daimler bondissait de 3,85% à la Bourse de Francfort, Porsche de 3,44% et BMW de 3,87%.

Suite à la déclaration de l'ambassadeur américain, la chancelière allemande Angela Merkel a dit qu'elle soutiendrait un abaissement des droits de douane européens sur l'automobile. Tout en précisant que si l'UE prenait cette décision, elle devrait en faire de même pour tous les autres pays afin de respecter les règles de l'Organisation mondiale du Commerce (OMC).

Business Insider