Extrait du film Thelma & Louise. YouTube/BlackView

Les constructeurs et équipementiers automobiles s'affichent en net repli à la Bourse de Paris, mercredi 17 octobre.

A 14h25, l'action Peugeot du groupe PSA chutait de 3,94%, à 21,06 euros. Le titre Renault perdait 3,78% et les actions Faurecia (-3,39%), Valeo (-2,49%), Michelin (-2,43%) et Plastic Omnium (-2,01%) s'inscrivent toutes en forte baisse.

Cours de l'action Peugeot du groupe PSA à 14h34, mercredi 17 octobre 2018. Investing

L'ensemble du secteur est à la peine pour trois raisons:

  • Le marché automobile s'est effondré au sein de l'Union européenne au mois de septembre, accusant une chute de 23,4% des nouvelles immatriculations par rapport à il y a un an.
  • Les constructeurs automobiles s'alarment d'un Brexit sans accord et de ses conséquences sur leur industrie. Ils ont lancé un avertissement aux dirigeants européens et britanniques, avant le sommet prévu ce soir.
  • Enfin, les analystes de Goldman Sachs se montrent prudents sur le secteur. La banque a réduit de 4% en moyenne ses estimations de bénéfice d'exploitation (Ebit) pour les équipementiers qu'elle suit pour la période 2018-2022, "principalement pour intégrer la faiblesse actuelle de la demande sur plusieurs marchés finaux clés et l'évolution récente des changes", rapporte Reuters.

Retards dans les livraisons et droits de douane à cause du Brexit

La perspective d'un Brexit sans accord laisse entrevoir des évolutions défavorables pour le secteur automobile. "Le temps file, mais il n'est pas encore trop tard. C'est pourquoi nous exhortons les équipes de négociation des deux côtés à redoubler d'efforts pour parvenir à conclure un accord de retrait", insiste Erik Jonnaert, le secrétaire général de l'Association des constructeurs européens d'automobiles (ACEA), dans un communiqué.

L'association des constructeurs européens souligne les retards que le Brexit risque d'engendrer dans la livraison et l'assemblage des pièces de véhicules, avec le rétablissement des douanes.

"Nos membres élaborent déjà des plans d’urgence et recherchent des espaces pour entreposer et stocker leurs pièces. Cependant, l'espace nécessaire pour stocker plus que sur une courte durée serait absolument énorme — et coûteux", prévient Erik Jonnaert.

De plus, au regard des règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), un droit de douane de 10% pourrait s'appliquer sur les véhicules produits dans l'UE et vendus au  Royaume-Uni, et vice versa. 

"Nous ne pouvons pas oublier que les marges bénéficiaires de notre secteur sont nettement inférieures à 10%. Au bout du compte, ces coûts supplémentaires seront soit répercutés sur le consommateur, soit devront être absorbés par les fabricants", déplore le secrétaire général de l'ACEA.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les immatriculations de PSA chutent moins que les autres en septembre et ça permet au constructeur français de rafler à Volkswagen le titre de n°1 en Europe

VIDEO: Ce pont de verre en Chine était le plus haut et le plus long du monde — voici pourquoi il a fermé