Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le secteur bancaire grimpe en Bourse alors que le gouvernement italien pourrait revoir à la baisse sa prévision de déficit budgétaire pour éviter des sanctions de Bruxelles

Le secteur bancaire grimpe en Bourse alors que le gouvernement italien pourrait revoir à la baisse sa prévision de déficit budgétaire pour éviter des sanctions de Bruxelles

Les banques s'inscrivent en forte progression à la Bourse de Paris, lundi 26 novembre. Leurs cours grimpent dans le sillage des établissements bancaires italiens. Le secteur profite de rumeurs concernant le déficit budgétaire de la Péninsule.

Le gouvernement, issu d'une coalition de la Ligue et du Mouvement cinq étoiles (MS5), a prévu de se réunir ce soir pour discuter d'une réduction de l'objectif de déficit pour 2019, à 2-2,1% au lieu de 2,4%, a appris Reuters d'une source gouvernementale. L'Italie pourrait ainsi éviter une procédure disciplinaire de la Commission européenne.

Porté par les banques, le principal indice de la Bourse de Milan, le FTSE MIB, bondit de 2,62% à 14h06. La première banque italienne Unicredit décolle de son côté de 5,87% et Ubi Banca de 5,08%. En France, l'action Crédit Agricole affiche l'une des plus fortes hausses du CAC 40 et prend 3,15%. Société générale grimpe de son côté de 2,14% et BNP Paribas de 2,27%.

Investing

L'heure semble à la détente entre Bruxelles et les dirigeants italiens. Les deux vice-présidents du Conseil ont tenu des propos conciliants au cours des dernières 24 heures. Le chef de file du MS5, Luigi Di Maio, a assuré que la réduction du déficit budgétaire n'était pas un problème tant que l'abaissement de l'âge de la retraite et l'instauration d'un revenu de citoyenneté n'étaient pas remis en cause.

"L'important c'est que le budget contienne les objectifs que nous avons établis", a-t-il déclaré sur Radio Radicale, rapporte Reuters. "Ensuite, si la négociation signifie que le déficit (prévisionnel) doit être revu à la baisse, pour nous, ce n'est pas très important", a-t-il ajouté.

L'autre vice-président, Matteo Salvini, a aussi laissé entendre qu'il n'était pas opposé à de légères modifications sur l'objectif de déficit pour 2019.

Ces propos sont de nature à rassurer les marchés. Les rendements obligataires italiens s'affichent ainsi en nette baisse ce lundi. Et le spread entre les emprunts italiens et allemands à dix ans a également fortement reculé, retombant sous les 300 points.

Investing
Business Insider