Sega : comment le légendaire créateur de Sonic et de la console MegaDrive est tombé dans l'oubli

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Sega est la société de jeux vidéo japonaise à l'origine de Sonic le hérisson. Dans les années 90, elle a acquis une immense renommée en rivalisant avec Nintendo qui dominait les ventes en Occident. Sega a aujourd'hui perdu de sa popularité suite à certaines de ses propres décisions qui lui ont fait du mal, mais l'entreprise produit toujours des jeux pour des consoles d'autres marques. Ci-dessous une transcription de la vidéo.

Manny Fidel : Chez les fans de l'industrie du jeu vidéo, il y a ce qu'on appelle les "guerres des consoles". Aujourd'hui, c'est une bataille entre Nintendo, Sony et Microsoft pour voir quelle console de jeux donne envie aux fans de dépenser le plus d'argent. Mais avant que Microsoft n'entre en lice avec la première version de la Xbox en 2001, il y avait une autre entreprise qui complétait la sainte trinité du jeu vidéo.

Sega est une société japonaise de jeux vidéo dont la popularité a explosé dans les années 90. Mais après avoir vendu plus de 30 millions de consoles Genesis, au sommet de leur gloire en 1993, ils n'écoulèrent que 3 millions d'unités de leur dernière console avant de mettre fin à leur production. Alors, que s'est-il passé ?

Nous sommes en 1988. "Man in the Mirror" de Michael Jackson est numéro 1 du Billboard, et le lecteur CD Disk-Jockey de Sony se vend 400 dollars. C'est aussi l'année où Sega a lancé la Mega Drive au Japon. À l'époque, l'industrie mondiale du jeu vidéo était dominée par Nintendo, dont la Nintendo Entertainment System était de loin la plus grande console de jeux sur le marché. Avec un plombier moustachu emblématique comme mascotte et un ensemble de jeux vidéo pour la famille, il n'y avait pratiquement pas de concurrence. Au début des années 90 aux États-Unis, Nintendo détenait 94% des parts du marché à 3 milliards de dollars. Il était insensé de défier cette domination, mais c'est là que Sega entre en scène.

Sega s'était déjà fait un nom au Japon en réalisant des jeux d'arcade, mais sa console de salon, la Sega Mega Drive, était en difficulté. C'est alors que Michael Katz, le président de Sega of America, a jugé que pour défier Nintendo, Sega devait concentrer ses efforts sur l'ouest. La Mega Drive a été rebaptisée la Genesis en Amérique. Katz a sorti les griffes en attaquant la réputation de Nintendo avec le marketing.

Publicité : La Genesis est dotée d'un "blast processing". Ce n'est pas le cas de Super Nintendo. La Genesis fait ce que Nintendo ne fait pas.

Manny Fidel : La réputation de Sega en tant que version plus cool et plus adulte de Nintendo a commencé à résonner chez les fans. Par exemple, en raison de restrictions internes, la série Mortal Kombat sur Nintendo ne pouvait pas montrer de sang. Mais sur Sega...

Afin de s'emparer de la couronne de Nintendo, cependant, Sega devait trouver une mascotte pouvant rivaliser avec Mario, et facilement plaire au public américain. La société a chargé l'artiste Naoto Ohshima de ce travail, et il a présenté ce petit personnage, Sonic le Hérisson. Les jeux Sonic de Sega proposaient un rythme beaucoup plus rapide, une expérience tournée vers l'action que beaucoup d'Américains ont préféré aux jeux de plateformes lents de Mario. Le boom des ventes est arrivé quand Sega a décidé de baisser le prix de la Genesis et d'inclure une copie de Sonic avec les nouveaux achats. Cette tactique a conduit à la vente de 15 millions d'unités supplémentaires.

En 1992, Sega avait égalé les ventes de Nintendo aux États-Unis. De 1989 à 1993, Sega est passé de 800 millions de dollars de ventes à 3,6 milliards de dollars. Sega s'est affirmé comme un candidat de premier plan et une force avec laquelle il faut compter. Et puis...

Publicité : Hé ! Vous n'avez toujours pas de Sega CD ?

Manny Fidel : Le Sega CD était un dispositif additionnel pour la Genesis. Il vous permettait d'écouter de la musique et de jouer à de nouveaux jeux "dont vous êtes le héros" avec des prises de vues réelles. Mais au lieu d'investir son temps dans de nouveaux jeux innovants qui pourraient attirer de nouveaux clients, Sega a opté pour ce dispositif additionnel. Ils n'ont pas pu augmenter leur part de marché avec ce produit car seules les personnes ayant déjà une console Genesis pouvaient l'utiliser.

Le Sega CD a également souffert d'une terrible publicité après la sortie de son jeu Night Trap, dans lequel le joueur pouvait voir des "vidéos de surveillance" d'adolescentes essayant de s'échapper des méchants qui se sont introduits chez elles. Cette scène en particulier, dans une salle de bains, a été citée lors d'une audience du Congrès américain menée par Joe Lieberman en 1993. Lieberman a dit que Night Trap encourageait la violence à l'égard des femmes et ne devrait pas être entre les mains d'enfants. Pour aggraver les choses pour Sega, Howard Lincoln, président de Nintendo, a témoigné lors de cette audience.

Howard Lincoln : Je tiens à préciser que Night Trap n'apparaîtra jamais sur une console Nintendo.

Manny Fidel : Des décennies plus tard, le jeu a en fait été réédité pour la Nintendo Switch. Mais ce n'est pas la question.

Tout cela a nui à la crédibilité de Sega, et s'est avéré préjudiciable au lancement de la Saturn aux États-Unis lors de la conférence E3 en 1995. Sa prouesse technique était impressionnante, mais à 400 dollars, c'était cher pour une console qui n'avait pas encore beaucoup de jeux. Et l'apparition d'un nouveau joueur dans les guerres des consoles n'a pas aidé.

La PlayStation offrait des modèles 3D élégants, tandis que la Sega Saturn s'appuyait encore en partie sur la 2D. Enfin, la PlayStation ne coûtait que…

Steve Race : 299 dollars. [applaudissements du public]

Manny Fidel : Pour 100 dollars de moins que la Sega Saturn, c'était une évidence pour les joueurs.

Les ambitions de la console Sega se sont éteintes avec des difficultés financières lors de la sortie de la Sega Dreamcast en 1998. Le président de Sega of America de l'époque, Bernie Stolar, a depuis reconnu les erreurs de la Dreamcast.

Il a déclaré à Polygon que la société aurait dû créer une plus grande variété de jeux au lieu de se concentrer sur l'accès à internet pour les quelques jeux que la Dreamcast avait. Les jeux en ligne ne décollaient pas vraiment jusqu'à ce que Microsoft lance le Xbox Live en 2002.

Mais tout n'était pas si mal au début. La Dreamcast s'est vendue à 372 000 exemplaires dans les quatre premiers jours. Mais après un an, les ventes de la Dreamcast ont chuté. De 1998 à 2001, la Dreamcast ne s'est vendue qu'à 3 millions d'exemplaires aux États-Unis. Dans la dernière année de la vie de la Dreamcast, La Sega a perdu plus de 200 millions de dollars. Avec la PlayStation 2 arrivant à grands pas, ce fut la dernière console de Sega.

Aujourd'hui, Sega n'existe qu'en tant que société de production de jeux vidéo. Ils font des jeux pour les grandes consoles. Et bien qu'il y ait eu de nombreuses rumeurs sur leur retour dans la production de consoles, rien n'a été confirmé.

Version originale : Emmanuel Ocbazghi/Business Insider

À lire aussi — Comment l'iPod d'Apple est passé d'outil high-tech incontournable à objet en voie de disparition

Découvrir plus d'articles sur :