Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Selon Donald Trump, la gestion de l'épidémie par la Chine ferait partie d'un complot visant à lui faire perdre sa réélection

Selon Donald Trump, la gestion de l'épidémie par la Chine ferait partie d'un complot visant à lui faire perdre sa réélection
Le président Donald Trump participe à une cérémonie de bienvenue avec le président chinois Xi Jinping, le 9 novembre 2017 à Pékin. © Getty Images/Pool

Le président américain Donald Trump soutient que la façon dont la Chine a géré l'épidémie serait la preuve que Pékin "fera tout son possible" pour lui faire perdre sa campagne de réélection. Dans une interview accordée à Reuters et publiée jeudi 30 avril, Donald Trump a déclaré qu'il envisageait une série d'options pour riposter contre la Chine, qui n'aurait pas agi suffisamment tôt pour mettre le monde en garde contre le virus. "Il y a beaucoup de choses que je peux faire", prévient-il.

"La Chine fera tout ce qu'elle peut pour me faire perdre cette élection", prétend Donald Trump, citant comme preuve sa gestion de la crise. Il a déclaré que la guerre commerciale qu'il a déclenchée avait amené la Chine à vouloir que son challenger démocrate présumé pour 2020, Joe Biden, soit élu à la Maison Blanche. "Ils utilisent constamment la communication pour essayer de faire croire qu'ils sont innocents", a-t-il déclaré à Reuters au sujet des responsables chinois.

Cité par Bloomberg, le Ministère chinois des affaires étrangères a répondu que le pays n'avait "aucun intérêt" à s'immiscer dans les affaires intérieures des États-Unis. "Depuis quelque temps, certains politiciens américains, au mépris des faits, tentent de faire porter à d'autres leur propre responsabilité pour leur mauvaise gestion de l'épidémie", a déclaré un porte-parole du ministère, Geng Shuang.

A lire aussi — Donald Trump critiqué pour avoir suggéré de s'injecter du désinfectant pour combattre le coronavirus

Donald Trump est passé de l'éloge de la gestion de la crise par la Chine au rejet sur Pékin de la responsabilité de la propagation de la maladie, qui a déclenché la pire récession économique que les États-Unis aient connue depuis des décennies.

En janvier, Donald Trump avait fait l'éloge de la Chine, qui "travaillait très dur pour contenir le coronavirus". Mais lorsque le "virus" s'est répandu aux États-Unis, il a critiqué sa gestion par la Chine et a commencé à qualifier le coronavirus, officiellement connu sous le nom de SARS-CoV-2, de "virus chinois".

Cependant, après un appel téléphonique avec le président chinois Xi Jinping, le 26 mars, il a de nouveau changé de tactique et loué la gestion de la crise par la Chine — et a cessé d'utiliser l'expression "virus chinois".

Mais ces dernières semaines, alors que des sondages internes au Parti républicain annoncent que Donald Trump serait derrière Joe Biden dans plusieurs États clés et que son administration peine à réagir à la crise, les collaborateurs du président américain auraient à nouveau conseillé à ce dernier d'adopter une ligne plus dure avec Pékin. Ils voudraient que Donald Trump présente Joe Biden comme réticent à affronter la Chine sur les questions commerciales.

Le 19 avril, le président a intensifié ses attaques : il a prétendu que la Chine avait peut-être délibérément provoqué la crise, faisant écho à une théorie complotiste articulée par certains élus républicains et des figures médiatiques de droite.

Il a également accusé la Chine de transmettre des informations erronées à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), dont il s'est moqué pour avoir fait l'éloge de la façon dont la Chine avait géré l'épidémie à ses débuts.

Version originale : Tom Porter/ Business Insider

A lire aussi — Mark Zuckerberg prévient qu'un déconfinement trop rapide 'garantirait' un retour en force de la pandémie

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :