Publicité

Selon une association, les yaourts que nous consommons au quotidien seraient trop sucrés

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Selon une association, les yaourts que nous consommons au quotidien seraient trop sucrés
L'association de défense des consommateurs CLCV demande aux industriels d'améliorer la composition de leurs yaourts. © Getty Images/d3sign
Publicité

Quand on déguste un yaourt, outre le plaisir que cela procure, on se dit la plupart du temps que c'est bon pour la santé et pour la digestion. Une étude publiée mardi 28 septembre 2021 par l'association de défense des consommateurs et des usagers CLCV apporte de grosses restrictions à cette idée communément admise. L'association demande en effet aux industriels d'"améliorer leurs recettes" de yaourts et desserts à base de lait qui "contiennent des teneurs en sucres parfois élevées".

"La CLCV appelle les industriels et les distributeurs à améliorer leurs recettes en réduisant au maximum la quantité de sucre ajouté et l'utilisation d'additifs et d'arômes", explique-t-elle après avoir passé au peigne fin "les emballages de 264 yaourts et desserts frais aromatisés", relevés en mars 2021 dans neuf enseignes de la grande distribution française. L'association a étudié à chaque fois "leur composition, leur profil nutritionnel, la quantité de fruits et l'origine du lait" et estime que ces yaourts et desserts frais "sont à consommer de façon occasionnelle car ils contiennent des teneurs en sucres parfois élevées".

À lire aussi — Pourquoi les Français mangent de moins en moins de chewing-gum

L'étude cible en particulier les crèmes, mousses et flans "qui contiennent l'équivalent de quatre morceaux de sucre pour un pot de 125g et qui sont majoritairement notés C ou D (90%) sur l'échelle NutriScore".

'Dans un produit sur 10, il n'y a même aucune trace de fruits'

"Huit produits étudiés sur dix contiennent des arômes, principalement naturels et sept produits sur dix contiennent au moins un additif, principalement des épaississants et des gélifiants", ajoute l'association, alors que "pour toutes les catégories de produits étudiés, à l'exception des yaourts végétaux, il existe des recettes sans additif et sans arôme", preuve que cela est possible.

En outre, la CLCV pointe la présence parfois trompeuse de beaux fruits brillants sur les pots de yaourts... ne contenant en moyenne que 8% de fruits. "Dans un produit sur 10, il n'y a même aucune trace de fruits", regrette-t-elle, proposant l'instauration "d'un seuil minimal de fruit pour qu'il puisse être mis en avant sur l'emballage".

Enfin, si le lait d'origine animale "est en grande majorité français", dans 86% des yaourts et 70% des desserts, la provenance du lait d'origine végétale (soja, amande, coco...) "reste inconnue dans 65% des cas", dénonce la CLCV, demandant plus de transparence en la matière. L'association espère faire bouger les choses du côté des industriels de l'agroalimentaire.

À lire aussi — Voici les 6 choses à ne pas faire dans un restaurant étoilé

Découvrir plus d'articles sur :