Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Seuls Lime, Dott et Tier pourront proposer des trottinettes à Paris

Seuls Lime, Dott et Tier pourront proposer des trottinettes à Paris
La mairie de Paris limite le nombre d'opérateurs de trottinettes électriques dans la capitale. © Zera Li/Unsplash

Elles ont envahi les villes du jour au lendemain, provoquant à la fois l'enthousiasme et l'exaspération. Un adjoint d'Anne Hidalgo qualifiait même leur utilisation de "bordel généralisé". Finalement, la mairie de Paris a choisi jeudi trois opérateurs pour l'exploitation des trottinettes électriques dans la capitale : Dott, Lime et Tier. Ils pourront mettre à disposition des Parisiens 15 000 trottinettes dès la rentrée. Ces sociétés se sont engagées à respecter les mesures, notamment sociales et environnementales, imposées par la mairie.

"Ces trois opérateurs respectent trois objectifs que nous avions fixés : l'apaisement des espaces publics et des usages, la gestion et la maintenance des engins, le respect de hauts critères sociaux et environnementaux", a expliqué à l'AFP l'adjoint en charge des Transports, David Belliard (EELV). Avec ces opérateurs, "on arrêtera la pratique des 'juicers'", ces indépendants peu rémunérés qui récupèrent sur l'espace public les engins pour les recharger, moyennant finance. "Il y aura désormais des recrutements en CDI", a-t-il poursuivi.

Après la polémique sur les trottinettes utilisées après inhalation de gaz hilarant, les opérateurs ont décidé de brider leurs engins, limitant la vitesse à 8 km/h le vendredi et le samedi soir sur les Champs-Elysées. En outre, "on ne pourra plus garer les trottinettes n'importe où", assure David Belliard, et "2 500 stations, dont chacune prévoit six places de stationnement", seront mises en place. Dott, Lime et Tier mettront chacun 5 000 trottinettes à disposition des Parisiens pendant 2 ans. Les autres sociétés opérant à Paris sont invitées à retirer leurs engins de la capitale.

A lire aussi — Elon Musk évoque la possibilité de sortir une Tesla compacte et bon marché

Business Insider (avec AFP)
Découvrir plus d'articles sur :