Ludovic Le Moan, CEO de Sigfox

Ludovic Le Moan, CEO de Sigfox. Sigfox

Ludovic Le Moan est le fondateur et CEO de Sigfox. Son entreprise déploie dans le monde entier un réseau bas débit et basse consommation destiné aux objets connectés. Il est compatible avec le Wifi, la 2G ou la 3G.

Sigfox permet, par exemple, à l'entreprise Connit de relever automatiquement et en temps réel la consommation d'eau d'un usager.

A 53 ans, à la tête d'une entreprise de 300 personnes, Ludovic Le Moan ne pas croit à la 5G. Ce réseau mobile du futur a déjà capté 700 millions d’euros de la part de la Commission européenne.  Il doit, lui aussi, permettre de faire communiquer les équipements connectés entre eux.

Je ne pense pas que la 5G existera. C’est une quadrature du cercle. Comment peut-on faire un objet haut débit sophistiqué et pas cher ?", a-t-il déclaré mardi lors d'un point presse devant quelques journalistes.

Ce réseau mobile du futur est attendu à l'horizon 2020 et même 2025 dans toute l'Union européenne. Les opérateurs télécoms scrutent les opportunités. On parle de débits supérieurs à 10 gigabit/s quand ceux de la 4G varient actuellement entre 115 et 150 mégabit/s selon les opérateurs français.

Mais pour le patron de Sigfox, l'effet prix est dévastateur pour les industriels désirant utiliser cette technologie.

" Le composant va être très cher, autour de 5 dollars. Il n’y aura jamais un composant LTE (pour un haut réseau mobile, ndlr) dans un détecteur incendie. Dans le même espace de temps, on pense arriver à 50 centimes avec notre technologie. Le coût du composant deviendra négligeable dans la fabrication de l’objet", détaille Ludovic Le Moan.

Si Altice, Telefonica ou SK Telecom sont partenaires de Sigfox, ce n'est pas le cas pour Orange et Bouygues Telecom. Ils ont préféré déployer un réseau concurrent bas débit, regroupant 80 industriels. "Si on travaillait ensemble, on avancerait beaucoup plus vite", regrette le dirigeant.

Créée en 2009, Sigfox a déployé 10 000 de ses petites antennes dans 24 pays. 60 sont escomptés en 2018 date à laquelle l'équilibre est envisagé. La start-up revendique 8 millions d'objets connectés sur son réseau et 1,35 million de kilomètres carrés couverts dans le monde.

Lire aussi : Amazon s'intéresse apparemment à une technologie qui défie notre conception actuelle de la vie privée

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

VIDEO: On a testé Moovin', le nouveau dispositif de voitures électriques en libre service de Renault, qui remplace Autolib