Ludovic Le Moan, cofondateur et directeur général de Sigfox.

La startup française Sigfox s'apprête à connecter d'ici un an six millions d'objets entre eux sur son réseau bas débit et son fondateur Ludovic Le Moan pense que  son entreprise est l'une des mieux placées pour révolutionner ce secteur, a-t-il laissé entendre ce 14 février lors d'une conférence de presse à Paris.

Créé en 2011, le spécialiste de l'internet des objets a bâti un réseau mondial sans fil connectant 2,5 millions d'objets à internet dans 45 pays, s'appuyant uniquement sur des sources d'énergie à proximité et à bas débit. Il ne s'agit pas ici de faire circuler des grandes quantités de données mais plutôt des informations émises par des capteurs posés sur une chaise, une vitre, un conteneur.

Pour 2018, l'entreprise prévoit de connecter six millions d'objets dans 60 pays, notamment à travers un contrat de 300 millions de dollars en Chine pour le déploiement d’une solution de télé-assistance pour les personnes âgées.

Et ce n'est qu'un début pour son cofondateur — avec Christophe Fourtet —  Ludovic Le Moan. En concurrence avec la 5G et des réseaux bas débits comme LoRa — soutenu par Bouygues et Orange en France — le cofondateur de Sigfox estime que son entreprise est l'une des mieux placées pour révolutionner le secteur en raison de son coût.

"Je suis prêt à me couper un bras ou une jambe mais je le dis: on ne trouvera pas moins cher que Sigfox pour extraire une donnée, la capter et la remonter sur le serveur de nos clients. Nous nous sommes appliqués à tout simplifier afin de mieux valider la valeur de la donnée que le client recherche (prix unitaire, coûts essence, impact CO2) et diminuer le coût des capteurs. On est en train de créer une révolution", s'enthousiasme Ludovic Le Moan, qui pense notamment aux étiquettes sur les cartons qui utilisent des puces RFID.

Pour illustrer son propos, le directeur général a pris l'exemple de son client Securitas Direct qui utilise Sigfox pour connecter 1,3 million d'alarmes en France, en Espagne et au Portugal pour transmettre ses alertes (tentative d’intrusion, départ d’incendie, début d’inondation, etc.) dans n'importe quelle condition. Dans ce cas,  le coût de la donnée est passée de 40 euros par mois à 0,80 euros par an avec la technologie de Sigfox.

La société de 300 salariés a réalisé 50 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2017 et prévoit d'atteindre 60 millions en 2018. La startup — qui a levé 280 millions d'euros en cinq tours de tables depuis ses débuts — espère atteindre la rentabilité sur le dernier trimestre de l'année en cours.

"On dérange et on subit pas mal de critiques donc on prend des précautions dans ce qu'on dit", déclare Ludovic Le Moan.

Selon La Tribune, l'entrepreneur aurait refusé une offre de rachat "de pas loin d'un milliard d'euros". Craignant une offre supérieure — qui le priverait sans doute de conduire l'entreprise là où il le désire — Ludovic Le Moan aurait dans l'idée de restructurer la composition du capital de Sigfox qui rassemble une vingtaine d'actionnaires très différents, dont Total, Air Liquide, Telefonica, Bpifrance, Idinvest ou Henri Seydoux.

Sollicité sur le sujet, Ludovic Le Moan s'est refusé à tout commentaire.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Ludovic Le Moan: des milliards d'objets connectés révèleront 'une vision très fine de l'univers dans lequel on vit'

VIDEO: Voici les premiers petits boulots de grands businessmen