Les sites d'e-commerce sont de plus en plus rentables — et dynamisent la fréquentation des magasins physiques

Magasin à Paris au début des soldes d'hiver, le 9 janvier 2019. REUTERS/Christian Hartmann

Les petites et moyennes entreprises ne craignent plus de s'engouffrer dans le monde du e-commerce, c'est ce qu'indique une enquête publiée ce mardi 5 février 2019 par la Fevad, la Fédération du e-commerce et de la vente à distance.

Réalisée en partenariat avec Oxatis et Ernst & Young, elle met en avant le rôle moteur du e-commerce pour les PME et révèle une meilleure rentabilité de leurs sites internet.

Ainsi, en 2018, 83% des sites d'e-commerce sont rentables ou à l'équilibre. Dans le détail, le nombre de sites rentables a particulièrement progressé, de 33% des sites en 2017 à 53% l'an dernier.

Un pourcentage élevé qui prouve que "le retour sur investissement est au rendez-vous" pour les PME, expliquent les auteurs. Loin de "cannibaliser" les ventes des magasins physiques — ce qui était jusqu'à peu une crainte des commerçants — cette croissance a été complémentaire.

Alliance gagnante e-commerce et commerce de proximité

L'enquête Oxatis montre que "80% des entreprises qui gèrent à la fois un site e-commerce et un magasin traditionnel constatent un impact positif de leurs sites sur leurs boutiques physiques", contre 56 % en 2016 et 65 % en 2017.

L'enquête montre par ailleurs que presque un e-commerçant sur deux est implanté dans les communes de moins de 20 000 habitants (45%).  

"La position des PME n'est donc plus seulement multi-canal ou cross-canal mais prend une dimension omnicanale", écrit la Fevad. "Toutes les PME ont intérêt à utiliser le commerce en ligne comme prolongement de leur activité, à la fois en tant que canal de vente supplémentaire et comme support de communication et d'attractivité pour développer leur relation client."

Les sites e-commerce permettent également d'élargir immédiatement les zones de chalandise, non seulement de manière locale mais aussi à l'international. Les résultats sont significatifs, les e-commerçants exportent cinq fois plus que la moyenne des entreprises françaises, selon l'étude Oxatis.

Un secteur qui recrute

Dans ce contexte, l'e-commerce recrute. Fort de plus de 182 000 sites actifs en France, l'an dernier, Oxatis estime que l'e-commerce a généré plus de 9600 emplois en 2018.

D'après les projections de la profession, près de 13 500 nouveaux emplois seront créés en 2019 dans le secteur. Mais à la différence des candidats recherchés par les grands acteurs du web qui sont dotés de grands entrepôts logistiques, les projets de recrutement des PME du e-commerce concernent principalement des profils de candidats dotés de compétences pointues.

"Les profils les plus recherchés concernent des experts du commerce et du marketing (43%) alors que les métiers en lien avec les renforts logistiques (la gestion des entrepôts ou la préparation de commande) sont nettement moins représentés (26%)", explique les auteurs de l'enquête.

 

Cet article a été modifié le 7 février, après un erratum d'Oxatis sur le nombre d'emplois créé : 9600 au lieu de 42 000.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les Français achètent plus souvent en ligne mais leur panier moyen diminue encore

VIDEO: Le mystérieux trou géant apparu en Antarctique est un genre de polynie