Slack s'excuse après avoir désactivé les comptes d'utilisateurs qui ont voyagé en Iran

Stewart Butterfield, le DG de Slack. Reuters/Beck Diefenbach

  • Mercredi 19 décembre, de nombreux utilisateurs qui s'étaient rendus en Iran ont constaté que leurs comptes Slack avaient été fermés à cause des sanctions américaines, même s'ils ne vivaient pas en Iran et qu'ils n'avaient pas de liens professionnels avec ce pays.
  • Vendredi, Slack a envoyé des excuses à ses utilisateurs et a précisé qu'il ne disposait pas d'informations sur leur origine ethnique, mais qu'il utilisait des informations de localisation.
  • Slack travaille actuellement à la restauration des comptes bloqués par erreur et va bientôt commencer à bloquer les comptes avec des adresses IP dans un pays sous embargo.

Slack, l'appli de messagerie professionnelle valorisée à 7 milliards de dollars, s'est excusé vendredi pour avoir fermé par erreur les comptes de plusieurs utilisateurs cette semaine dans le cadre de ses efforts pour se conformer aux sanctions américaines contre des pays comme l'Iran.

Slack a déclaré qu'il utilisait des informations de localisation telles que les adresses IP pour bloquer les utilisateurs des pays touchés par les embargos commerciaux et les sanctions économiques américains, et que ce faisant, il "désactivait par inadvertance" les comptes de certains utilisateurs. La société n'a pas précisé comment l'erreur avait été commise, mais a souligné qu'elle ne bloquait aucun utilisateur en raison de sa nationalité ou de son appartenance ethnique.

Plus tôt cette semaine, plusieurs utilisateurs d'origine iranienne ont tweeté leurs préoccupations au sujet de la fermeture abrupte de leurs comptes, alors qu'ils ne vivaient pas en Iran ou n'avaient aucun lien professionnel avec ce pays. Un doctorant canadien, installé en Colombie-Britannique, s'est demandé sur Twitter comment Slack avait déterminé son origine ethnique.

"Nous ne recueillons, n'utilisons ni ne possédons aucune information sur la nationalité ou l'origine ethnique de nos utilisateurs", a déclaré Slack vendredi.

Plusieurs des utilisateurs concernés disent qu'ils se sont récemment rendus en Iran, ce qui a pu amener Slack à signaler leur adresse IP.

Slack dit qu'il s'efforce de rétablir les comptes bloqués par erreur et s'excuse de ne pas avoir bien géré la communication. La société indique également qu'elle commencera bientôt à bloquer les comptes avec des adresses IP associées à un pays sous embargo. Slack ajoute que les utilisateurs se rendant dans un pays faisant l'objet de sanctions pourraient temporairement ne pas être en mesure d'accéder à leur compte.

Voici les excuses complètes de Slack :

"Il y a deux jours, nous avons mis à jour notre système d'application de la localisation pour nous conformer aux embargos commerciaux et aux règles sur les sanctions économiques des États-Unis.

Peu après la mise à jour, nous avons découvert que nous avions fait une série d'erreurs et désactivé par inadvertance un certain nombre de comptes qui ne devaient pas l'être. Nous reconnaissons les perturbations et les inconvénients que cela a causé et nous nous excusons sincèrement auprès des personnes touchées par nos actions. En fait, nous nous excusons également auprès des personnes dont nous avions l'intention de désactiver les comptes afin de nous conformer à ces règlements. Nous n'avons pas bien géré la communication et, dans les deux cas, nous n'avons pas respecté nos propres normes de courtoisie et de respect du client.

Nous n'avons bloqué aucun utilisateur en raison de sa nationalité ou de son appartenance ethnique. Comme c'est la norme dans le secteur des logiciels d'entreprise, Slack utilise les informations de localisation principalement dérivées des adresses IP pour implémenter les blocages requis. Nous ne recueillons, n'utilisons ni ne possédons aucune information sur la nationalité ou l'origine ethnique de nos utilisateurs.

Nous avons rétabli l'accès à la plupart des comptes bloqués par erreur et nous nous efforçons de rétablir tout utilisateur dont l'accès a été bloqué par erreur. Si vous pensez que nous avons fait une erreur en bloquant votre accès, veuillez nous contacter à l'adresse feedback@slack.com et nous examinerons votre demande dès que possible.

Nous aimerions également aviser nos utilisateurs qu'au fur et à mesure que nous continuerons à mettre à jour nos systèmes au cours des prochaines semaines, nous commencerons bientôt à bloquer l'accès à notre service à partir des adresses IP associées à un pays frappé d'embargo. Les utilisateurs qui voyagent dans un pays sanctionné pourraient ne pas pouvoir accéder à Slack pendant leur séjour dans ce pays. Cependant, nous ne désactiverons pas leur compte et ils pourront accéder à Slack lorsqu'ils retourneront dans des pays ou régions dans lesquels aucun blocage n'est requis."

Version originale: Rosalie Chan/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Slack bannirait certains utilisateurs à cause des sanctions contre l'Iran — même s'il ne vivent pas ou ne travaillent pas en Iran

VIDEO: Le concours du meilleur développeur de France 2017 s'est tenu à Station F — plus de 700 développeurs s'y sont affrontés