Votre smartphone prend des décisions à votre place, et cela inquiète le gendarme français des telecoms

Le nouveau produit d'Amazon, "Echo Look", relié à l'appli pour smartphone. Amazon.

Les smartphones et assistants virtuels sont la plus grande menace actuelle pour la neutralité du net, selon le directeur de l'Arcep, Sébastien Soriano. 

L'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes a dévoilé ce mardi 30 mai son rapport sur l'état d'internet en France en 2017. 

Parmi ses missions, le gendarme des télécoms français est notamment en charge de contrôler l'application du règlement européen sur la neutralité du net adopté en 2015. 

Selon Sébastien Soriano, cette neutralité — qui veut qu'aucun site ou appli ne soit favorisé par rapport à un autre — est particulièrement bancale lorsqu'il s'agit de smartphones, où l'utilisateur a moins de contrôle: 

"Dans le monde de l'internet fixe, à la maison, l'utilisateur a une grande maîtrise des équipements informatiques et logiciels. Mais, dans celui des mobiles, tout est plus compact et contrôlé par le fabricant ou exploitant du système d'exploitation (iOS, Android)", explique-t-il.

Il prend également l'exemple des assistants vocaux : que ce soient dans les voitures autonomes ou les Amazon Echo ou Google Home, ces assistants virtuels répondent à vos besoins mais choisissent la manière dont ils veulent y répondre. 

"Demain, quand vous entrerez dans votre voiture et que vous demanderez à votre assistant vocal de jouer tel ou tel morceau de musique, c'est lui qui va choisir s'il vous dirige vers Spotify, Qobuz ou Deezer."

C'est pour cette raison que l'Arcep précise que les fournisseurs d'accès à internet (FAI) ne sont pas les seuls responsables du maintien de la neutralité du net. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Oubliez le moteur de recherche, Google est une entreprise d'assistant virtuel

VIDEO: On vous présente Mateo Salvini, le leader d'extrême droite qui s'inspire de Marine Le Pen, pose torse nu dans la presse et pourrait devenir le prochain premier ministre italien