Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

SNCF, Vinted, Fnac... Les pires entreprises de l'année pour les clients, selon 60 millions de consommateurs


En cette fin d'année, chacun y va de son top; une façon de dresser un bilan de l'année 2019 et des tendances l'ayant marquée. Pour 60 millions de consommateurs — qui dépend de l'Institut national de la consommation —, c'est l'occasion de décerner son "Cactus d'Or", ce "prix" qui distingue ironiquement l'entreprise "ayant le plus gâché la vie des consommateurs". Cette année, fournissant "énormément de motifs de mécontentement", la SNCF se serait imposée d'elle-même, explique Benjamin Douriez, rédacteur en chef adjoint à 60 millions de consommateurs, à Business Insider France. Pour n'oublier personne, le magazine décerne également un "Cactus de la défaillance", ou encore un "Cactus de la pire pratique".

Le magazine assure publier ce palmarès pour "que les lauréats soient piqués au vif
afin de faire mieux en 2020". Benjamin Douriez confirme que ces "Cactus" ont pour objectif d'"aiguiller les professionnels, en disant publiquement ce qu'ils ont mal fait, dans l'espoir que survienne le début d'une prise de conscience". Cet "anti-palmarès", concocté par la rédaction du magazine, se base sur les quelque 2 000 témoignages reçus chaque mois par le journal.

La SNCF, entreprise 'ayant le plus gâché la vie des consommateurs' en 2019

Après s'être distinguée dans la catégorie des "pires pratiques" en 2017, l'entreprise Engie décrochait, l'année dernière, le "Cactus d'or" du magazine 60 millions de consommateurs. Le fournisseur français se voyait épinglé "pour les démarchages décomplexés de certains de ses commerciaux". Cette année, le magazine couronne la SNCF. Qu'on se le dise : cela n'a rien à voir avec les mouvements sociaux qui se cristallisent actuellement dans l'entreprise ferroviaire. Le magazine 60 millions de consommateurs pointe de toutes autres raisons...

A lire aussi — Les 13 pays européens où les trains sont le plus à l'heure

"Ponctualité, tarifs, accès aux guichets, politique de fidélité..." : tels seraient les mérites de la SNCF que récompense le "Cactus d'or". Le magazine souligne notamment les 5 000 suppressions d'emplois, dont énormément de guichetiers, ces dernières années. Résultat : il faudrait deux heures pour acheter un billet à la gare Montparnasse, d'après la CDFT, chrono en main. Autre grief : l'arnaque derrière les nouvelles cartes de fidélité "Avantage" et "Liberté" qui, en plus de ne pas être acceptées dans toutes les régions de l'Hexagone, dissimuleraient une hausse des prix.

La Fnac épinglée pour son assurance soi-disant gratuite

Pour être à l'origine de "quelques arnaques" et d'un "service clients dépassé", le "Cactus de la défaillance" revient à la plateforme de revente de vêtements Vinted. La firme Nintendo, pour sa console Switch, se voit quant à elle décerner le "Cactus du produit trop fragile" : en plus de cartes mères et de cordons d'alimentation défectueux, 60 millions de consommateurs rapporte que de nombreux joueurs ont vu, alors que leur joystick était en position neutre, le personnage de leur jeu se mettre en marche... En guise de repentance, l'entreprise japonaise facture 45 euros la réparation des "Joy-Con" déficients (au-delà de 12 mois), et prend 230 euros pour la restauration complète de la console.

A lire aussi — Huawei, Apple, Canon... Les marques de smartphones, télés ou ordinateurs les plus fiables

Encore moins glorieux : la Fnac remporte le "Cactus de la pire pratique". La chaîne française aurait présenté, lors de ventes de smartphones et d'ordinateurs, une assurance soi-disant gratuite. Or, des clients ont relevé des prélèvements allant jusqu'à 26 euros par mois, "sans avoir signé de document", rapporte le magazine.

Enfin, deux compagnies aériennes se partagent le "Cactus de la galère" : Aigle Azur et XL Airways, liquidées l'une après l'autre. Les passagers ayant réservé des vols avec ces entreprises risquent fortement de ne jamais revoir leur argent... En effet, les consommateurs sont généralement "les derniers sur la liste des créanciers d’une entreprise en liquidation", explique le magazine.

Découvrir plus d'articles sur :