Société Générale annonce 1 600 suppressions de postes dans le monde dont 750 en France

Société Générale annonce 1 600 suppressions de postes dans le monde dont 750 en France

Agence de la Société Générale à Paris. Wikimedia Commons/Mohamed Yahya

Société Générale a annoncé mardi 9 avril que la réorganisation de ses activités "pourrait entraîner" des suppressions d'emplois. Près de 1 600 postes dans le monde, dont environ 750 en France, sont ainsi concernés, précise l'établissement bancaire dans un communiqué. Comme son concurrent BNP Paribas, Société Générale veut restructurer sa banque de financement et d'investissement (BFI) et faire évoluer ses activités de marché pour se concentrer sur celles apparaissant les plus rentables. 

La banque, qui emploie quelque 147 000 collaborateurs dans le monde, va notamment mettre fin à ses activités de gré à gré sur les matières premières et fermer sa filiale de trading pour compte propre. Société Générale compte aussi réduire le montant des fonds propres alloués à ses activités de flux sur les taux. A l'inverse, l'établissement financier compte continuer à investir dans les activités rentables comme les financements structurés, les produits structurés (notamment les dérivés actions), la gestion passive de sa filiale Lyxor ou encore les paiements et la banque privée en France.

"Depuis début février, nous avons engagé une revue de l’ensemble de nos activités de la BFI, notre objectif étant de restaurer une rentabilité suffisante, au-delà du coût de capital", a déclaré à Reuters Séverin Cabannes, le directeur général délégué de Société Générale, en charge de la banque de grande clientèle.

"Pas de départs contraints"

Les suppressions d'emplois qui accompagneront cette réorganisation se feront notamment via "des départs naturels" et "dans le cadre d'un plan de départ volontaire" en France. "Dans ce plan, il n’y aura pas de départs contraints", a assuré Séverin Cabannes. A l'international, les suppressions doivent se faire "dans le cadre des réglementations applicables localement", précise la banque.

Début février, lors de la publication de ses résultats annuels, Société Générale avait déjà indiqué vouloir engager une restructuration de sa BFI après une année 2018 particulièrement difficile dans les activités de marché. La banque avait notamment indiqué vouloir réaliser 500 millions d'euros d'économies dans la BFI en 2020.

Séverin Cabannes a insisté auprès de Reuters sur la nécessité pour la SocGen de se concentrer sur les activités à forte valeur ajoutée dans la BFI, mais aussi de miser, pour les autres, sur la numérisation pour réduire les coûts. "Les activités à forte valeur ajoutée sont rentables. Cela concerne les produits structurés, les financements structurés, les activités de conseil et les activités de structuration. Et cela c’est l’ADN de Société Générale", a-t-il souligné.

Concernant un éventuel rapprochement avec d'autres établissements bancaires, il précise : "Si on considère que nous ne sommes pas rentables, nous pourrons envisager de chercher des partenaires."

La banque reste sous la pression des investisseurs pour renforcer significativement sa rentabilité et ses fonds propres. Le marché doute de sa capacité à générer suffisamment de capital pour répondre aux exigences des autorités de régulation européennes qui depuis la crise financière de 2008 ont durci les réglementations bancaires.

A 10h10 ce mardi, le cours de l'action Société Générale gagnait 0,17% après les annonces de la banque sur la réorganisation de ses activités et les suppressions d'emplois envisagées.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Pourquoi il faut toujours éviter la Société Générale et les autres banques en Bourse, selon un gérant de portefeuille de Mirabaud

5 façons très utiles d'utiliser l'application Raccourcis de l'iPhone

Contenu Sponsorisé

3 questions aux vainqueurs du concours d'innovation L’Oréal Brandstorm 2019

  1. Peut-être également un signe des difficultés de la banque "traditionnelle" à faire face à la recrudescence des banques en ligne / mobiles et autres néobanques ?

Laisser un commentaire