Société Générale dépasse légèrement les attentes au T2 — et le marché est indifférent

Société Générale affiche des résultats globalement meilleurs que prévu pour le compte du deuxième trimestre de l'année 2018 et fait mieux que BNP Paribas. REUTERS/Charles Platiau

Société Générale affiche des résultats globalement meilleurs que prévus pour le compte du deuxième trimestre de l'année. Elle est notamment parvenu à faire mieux que BNP Paribas sur les activités de marchés, mais sa banque de détail est en repli, dans un environnement de taux bas qui réduisent les marges sur les crédits bancaires. 

La banque de la Défense, qui a annoncé mercredi la cession de ses activités en Bulgarie et en Albanie, peine néanmoins à convaincre le marché, le titre reculant de 1,66% à 10h07, jeudi 2 août, à 37,34 euros.

Dans son sillage, son concurrent BNP Paribas abandonne 1,62%, après avoir déjà reculé de 0,47% mercredi.

Cours de l'action Société Générale à 10h07, jeudi 2 août 2018. Investing.com

Voici quelques chiffres clés:

  • Produit net bancaire (équivalent du chiffre d'affaires dans le secteur) au deuxième trimestre: 6,45 milliards d'euros, en hausse de 24,1%, légèrement au-dessus du consensus des analystes Reuters/Financial Inquiry à 6,2 milliards.
  • Produit net bancaire des "activités de marché et services aux investisseurs": 1,49 milliard d'euros, en légère baisse de 0,4%, quand la banque de financement et d'investissement de BNP Paribas affiche un repli de 6,8%.
  • Produit net bancaire de la banque de détail en France: 1,99 milliard d'euros, en recul de 1,7%, avec une "légère baisse" de 1% à 2% attendue pour l'ensemble de l'exercice 2018.
  • Résultat net part du groupe: près de 1,16 milliard d'euros, en progression de 9,3%, contre 1,15 milliard anticipé par le consensus Reuters/aFinanciel Inquiry.
  • Provisions pour litiges: dotation additionnelle de 200 millions d'euros sur le trimestre, portant à 1,43 milliard d'euros le solde de provision pour litiges à fin juin 2018.

La Société Générale a annoncé début juin avoir accepté de payer environ 1,3 milliard de dollars (1,1 milliard d'euros) aux autorités américaines et au Parquet national financier (PNF) français pour mettre fin à deux litiges aux Etats-Unis relatifs au taux interbancaire Libor et au dossier du fonds souverain libyen.

Dans les semaines qui viennent, elle espère pouvoir également tourner la page d'un troisième litige, en discussions avec les autorités américaines, et qui porte cette fois sur des soupçons de violation d'embargo. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : BNP Paribas peine à convaincre en Bourse, plombée par ses activités de marchés

VIDEO: Cette serre connectée peut fournir des fruits et légumes à 4 personnes pendant un an