Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

SpaceX a lancé 60 satellites Starlink dont un avec un pare-soleil déployable

SpaceX a lancé 60 satellites Starlink dont un avec un pare-soleil déployable
Une fusée Falcon 9 de SpaceX transportant le septième lot de 60 satellites Starlink a été lancée avec succès depuis la plateforme 39A du Centre spatial Kennedy en Floride, le 22 avril 2020. © Paul Hennessy/SOPA Images/LightRocket via Getty Images

SpaceX ne se repose pas sur ses lauriers après sa mission historique de ce week-end. Hier, mercredi 3 juin 2020, la société spatiale fondée par le charismatique Elon Musk a lancé en orbite la huitième flopée de satellites Starlink, comportant 60 engins dont un équipé d'un pare-soleil déployable afin d'en réduire la luminosité. Le nom "Starlink" correspond au projet de méga-constellation de satellites développé par SpaceX pour fournir un accès Internet haut débit rapide et bon marché. Le service devrait être disponible d'ici la fin de l'année au Canada et dans certaines régions des Etats-Unis.

Une fusée Falcon 9 a décollé depuis la base de lancement de Cap Canaveral en Floride, à 21h25, heure locale, soit 3h25 (J+1), heure française, et a réussi à mettre en orbite basse terrestre les 60 satellites environ 15 minutes plus tard. Cette mission était initialement prévue en mai, alors que SpaceX avait effectué jusqu'à présent en moyenne un lancement Starlink par mois en 2020, mais elle avait été reportée en raison de la tempête tropicale Arthur. A noter qu'avec ce lancement, SpaceX a réussi à récupérer le premier étage de sa fusée Falcon 9 utilisée pour la 5ème fois. Une première dans l'histoire de l'entreprise.

Le pare-soleil déployable fait partie des efforts de la société pour réduire la luminosité de ses satellites. En effet, depuis le premier lancement Starlink qui date maintenant d'un an, la communauté des astronomes s'inquiète de la pollution lumineuse importante provoquée par le réseau de satellites. Juste après le coucher du soleil ou tôt le matin, les satellites peuvent en effet être frappés par la lumière du Soleil et devenir visibles pour les télescopes d'astronomie sophistiqués mais aussi par des jumelles amateurs ordinaires, avait expliqué Cees Bassa, de l'Institut néerlandais de radioastronomie, au magazine Forbes.

A lire aussi — Elon Musk affirme que la constellation Starlink n'aura 'pas la moindre incidence sur les découvertes astronomiques'

Rendre les satellites Starlink moins lumineux dans le ciel

SpaceX avait déclaré avoir entendu les craintes des astronomes et teste actuellement différents moyens de réduire la luminosité de ses satellites. Au début de l'année, la société avait par exemple lancé un satellite Starlink baptisé "DarkSat", recouvert d'un revêtement spécial afin de diminuer sa réfléctivité. Néanmoins, des astronomes avaient estimé que cela n'était pas suffisant dans un article publié sur le serveur arXiv le 17 mars 2020. En utilisant un petit télescope au Chili, ils ont mesuré la luminosité du satellite DarkSat et l'ont comparée à celle d'un autre satellite Starlink qui n'avait pas bénéficié du revêtement spécial. Ils ont constaté que DarkSat avait une magnitude de 0,88 et était donc seulement 55% plus sombre qu'un satellite Starlink ordinaire.

Lors d'un webinaire organisé par l'American Astronomical Society et la Satellite Industry Association la semaine dernière, Patricia Cooper, vice-présidente chargée des relations gouvernementales pour les satellites de SpaceX, a déclaré que SpaceX prévoyait des pare-soleil déployables pour tous ses futurs satellites Starlink, rapporte le site spécialisé SpaceNews. Et d'ajouter : "nous aurions environ 500 satellites avec leur luminosité actuelle, puis tous les satellites suivants auraient ces pare-soleil. C'est le ratio que nous examinerions."

Jusqu'à présent, SpaceX a déjà mis en orbite près de 500 satellites Starlink, mais la méga-constellation devrait comporter au final jusqu'à 12 000, voire potentiellement 42 000 satellites en orbite basse terrestre. L'un des clients potentiels de SpaceX pourrait d'ailleurs être l'armée américaine, rapporte SpaceNews. En effet, l'armée américaine a signé un accord de trois ans avec SpaceX pour tester les performances du service Starlink. En octobre 2019, la présidente de SpaceX Gwynne Shotwell avait indiqué que l'US Air Force utilise Starlink pour tester des services Internet cryptés pour les avions militaires, rapportait l'agence de presse Reuters à l'époque.

Avoir l'armée américaine comme client pourrait être une aubaine pour les comptes de la société SpaceX, alors que l'un de ses rivaux dans le domaine, OneWeb, est en faillite depuis mars dernier.

A lire aussi — Elon Musk annonce qu'on pourra se connecter à Internet grâce aux satellites Starlink dans 6 mois environ

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :