SpaceX détient désormais la plus grande constellation de satellites de télécommunications en orbite

SpaceX a réussi le lancement de 60 nouveaux micro-satellites pour sa constellation Starlink, le 11 novembre 2019, depuis Cape Canaveral en Floride. Paul Hennessy/SOPA Images/LightRocket via Getty Images

SpaceX a réussi ce lundi 11 novembre 2019 le lancement de la deuxième flopée de 60 satellites pour son projet de constellation Starlink, censé fournir un accès Internet bon marché et rapide au monde entier. "Déploiement réussi de 60 satellites Starlink confirmé", a tweeté l'entreprise spatiale américaine fondée par le charismatique Elon Musk. La fusée Falcon 9 s'est envolée depuis le site de Cape Canaveral en Floride à 9h56, heure locale (soit 15h56, heure française) et une heure après, les satellites se sont bien positionnés pour pouvoir atteindre une orbite basse terrestre d'environ 280 kilomètres.

Après avoir envoyé la charge utile, le premier étage du lanceur est revenu sur Terre sur une barge de récupération dans l'océan Atlantique. C'est la première fois que SpaceX a fait voler avec succès le premier étage de sa fusée phare à quatre reprises. Avec ce lancement, Starlink est devenu la plus grande constellation de satellites de télécommunications actuellement en orbite avec 120 micro-satellites. Jusqu'à présent, la constellation Iridium Next développée et fabriquée par Thales Alenia Space (TAS), qui compte 75 satellites en orbite basse, occupait la première place du podium.

Ces 60 nouveaux satellites devraient être plus performants que la première série envoyée en mai 2019, car comme l'a expliqué Lauren Lyons, ingénieure de l'équipe Starlink de SpaceX lors d'une web-émission dédiée au lancement. Ils devraient notamment avoir un débit 400% plus élevé et sont équipés d'une nouvelle antenne en bande Ka.

SpaceX a prévenu que l'un de ces 60 nouveaux satellites pourrait ne pas atteindre l'orbite voulue et qu'il pourrait finir par se désintégrer dans l'atmosphère terrestre, sans présenter pour autant un danger pour la Terre. Sur les 60 premiers satellites lancés en mai dernier, SpaceX a perdu le contact avec trois d'entre eux et deux avaient été intentionnellement choisis pour rester un processus de désorbitation.

A lire aussi — Elon Musk assure avoir envoyé un tweet en utilisant un satellite Starlink

Starlink devrait comporter 42 000 satellites à terme

Il faudra encore au moins six lancements de 60 satellites pour que la constellation Starlink soit opérationnelle et puisse commencer à offrir un accès Internet au Canada et au nord des Etats-Unis. La présidente de SpaceX, Gwynne Shotwell, a déclaré en septembre dernier que la cadence de lancements Starlink devrait être en moyenne de "deux par mois" en 2020.

Initialement, SpaceX comptait déployer 12 000 satellites, mais elle a soumis une demande auprès de l'Union internationale des télécommunications, agence des Nations-Unies spécialisée dans les technologies de l'information et de la communication, pour pouvoir déployer 30 000 satellites supplémentaires. La méga-constellation Starlink pourrait ainsi comporter 42 000 micro-satellites à terme.

Ce projet de méga-constellation pourrait permettre à SpaceX d'être valorisée à 120 milliards de dollars s'il se concrétisait d'après un rapport de Morgan Stanley Research. Toutefois, ce projet suscite de nombreuses inquiétudes au sein de la communauté des astronomes. Autant de micro-satellites en orbite basse terrestre pourrait engendrer une pollution lumineuse importante, comme l'a avancé l'astronome Alex Parker : "je sais que les gens s'émerveillent en regardant les images du 'train' de satellites Starlink de SpaceX, mais ça me laisse perplexe. Ils sont lumineux et il y en aura beaucoup. Si SpaceX lance ses 12 000 satellites, ils deviendront plus nombreux que le nombre d'étoiles visibles à l'œil nu."

Sans oublier la probabilité qu'un "syndrome de Kessler" se produise — une série de collisions orbitales en cascade qui pourraient empêcher aux humains d'accéder à l'espace pendant des centaines d'années — sachant que SpaceX n'est pas la seule société à entreprendre un tel projet. Amazon, OneWeb ou encore TeleSat travaillent aussi sur des projets similaires.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : SpaceX franchit une étape clé pour la sécurité des futurs astronautes à bord de la Crew Dragon

VIDEO: Faut-il boire votre urine si vous êtes dans une situation où votre survie est en jeu?