SpaceX réussit à faire voler Starhopper, son prototype de fusée pour Mars

SpaceX réussit à faire voler Starhopper, son prototype de fusée pour Mars

Une partie de Starhopper a pris feu lors du dernier essai de décollage qui a finalement été avorté. YouTube/Everyday Astronaut

Les habitants de la pointe sud du Texas ont pu profiter d'une vue d'un autre monde jeudi soir : une machine géante et brillante comme un miroir a rugit près d'une plage et, à travers un nuage de fumée orange, six étages se sont dressés dans le ciel, ont plané, puis se sont posés en douceur. Bien que le lancement ait duré moins d'une minute, le spectacle de fin de soirée a été le premier véritable vol de la fusée Starhopper de SpaceX. Il représente une étape clé dans la quête d'Elon Musk, le fondateur de l'entreprise, pour envoyer des gens sur la Lune et sur Mars, bien que Starhopper ne soit pas conçu pour voler dans l'espace. Il s'agit plutôt d'un banc d'essai pour des technologies qui pourraient éventuellement alimenter un système de lancement beaucoup plus gros et puissant appelé Starship.

Bien qu'il soit difficile de voir le saut à travers la fumée, Starhopper semble bouger, et Elon Musk a confirmé sur Twitter que le vol était "réussi". Le lancement semble toutefois avoir déclenché un feu qui était encore en train d'être maîtrisé près d'une demi-heure après le lancement. Elon Musk envisage Starship comme un système de près de 120 mètres de haut, entièrement réutilisable qui peut transporter environ 100 personnes et plus de 100 tonnes de marchandises à la fois vers Mars.

 

Starhopper, quant à lui, mesure plus de 18 mètres de haut et environ 9 mètres de large, a trois jambes d'atterrissage et est fait d'acier inoxydable. Il utilise un seul moteur de fusée Raptor alors qu'un vaisseau à grande échelle se dirigeant vers l'espace lointain pourrait en utiliser plus de 40.

A lire aussi — Elon Musk pense que les Américains seront de retour sur la Lune avant 2024

L'objectif final d'Elon Musk est de faire en sorte que Starship soit capable de décoller et d'atterrir de nombreuses fois avec peu ou pas de remise à neuf nécessaire. Cela, dit-il, pourrait réduire les coûts de lancement de 100 à 1 000 fois par rapport aux fusées traditionnelles à usage unique.

"La réutilisation complète et rapide est le Saint-Graal de l'accès à l'espace et constitue une étape fondamentale vers celui-ci, sans laquelle nous ne pouvons devenir une espèce multiplanétaire", a récemment déclaré Elon Musk à Jeffrey Kluger du Time dans une interview pour CBS Sunday Morning. "Nous ne pouvons pas avoir une base sur la Lune, nous ne pouvons pas avoir une ville sur Mars sans une réutilisation complète et rapide." Mais pour en arriver là, il faudra probablement des années d'essais, et le lancement de mercredi a été une première étape cruciale.

Un vol réussi de 20 secondes pour Starhopper

Le prototype de fusée Starhopper de SpaceX se trouvant sur une plate-forme de lancement dans le sud du Texas en juillet 2019.SpaceX via dearMoon

SpaceX a commencé à construire Starhopper près de Boca Chica Village, au Texas, vers novembre 2018. Elon Musk a présenté le véhicule en janvier, puis SpaceX l'a lancé sur son premier "saut" (comme les appelle Musk) début avril. Lors des premiers essais, la fusée était retenue au sol à l'aide d'énormes chaînes attachées à ses pieds, de sorte que Starhopper ne s'est soulevé que de quelques mètres dans les airs. Mercredi, il y a eu une tentative de lancement ratée vers 3h du matin ((heure de Paris). Quelques secondes seulement après l'allumage, le moteur du véhicule s'est brusquement arrêté. Le lancement de jeudi a toutefois été considéré comme un succès.

"Il semblerait que nous ayons annulé le test d'aujourd'hui", a déclaré Kate Tice, ingénieur de certification chez SpaceX, lors d'une émission en direct. "Comme vous pouvez le voir, le véhicule n'a pas décollé." Mais SpaceX s'est mobilisé et a réessayé jeudi.

A lire aussi — Voici comment Elon Musk gagne et dépense sa fortune

Au milieu d'une bouffée de sable et de gaz d'échappement d'un propulseur, Starhopper a volé à environ 20 mètres dans les airs vers 6h du matin (heure de Paris). Il a ensuite plané pendant un moment, s'est déplacé latéralement et s'est posé sur une plate-forme d'atterrissage en béton à quelques centaines de pieds de là.

Le vol a duré environ 20 secondes et a semblé être un succès, d'après un plan de vol qu'Elon Musk a décrit plus tôt ce mois-ci. Les vidéos ci-dessous, tirées d'une retransmission en direct enregistrée par Tim Dodd, qui anime la chaîne Everyday Astronaut sur YouTube et LabPadre, animée par un groupe d'habitants, montrent le lancement complet du début à la fin.


Le vol de jeudi a montré que SpaceX avait mis au point avec succès un nouveau moteur de fusée capable d'alimenter, de manœuvrer et de faire atterrir un grand vaisseau spatial. Le moteur a brûlé du méthane liquide, qui constitue la plus grande partie du gaz naturel sur Terre et qui est aussi un carburant qu'Elon Musk espère fabriquer sur Mars.

Ce qui attend Starhopper et Starship

La licence gouvernementale actuelle de SpaceX permet à l'entreprise de lancer des véhicules expérimentaux comme le Starhopper pour des vols d'une durée maximale de six minutes et jusqu'à une altitude de 5 kilomètres. Cependant, l'entreprise construit actuellement un prototype d'environ 55 mètres de haut, appelé Starship Mark 1, qui, selon Elon Musk, pourrait voler du Texas ou de la Floride dans deux à trois mois et atteindre son orbite d'ici la fin de l'année.

Une comparaison des systèmes de fusées SpaceX et de la NASA. Yutong Yuan/Samantha Lee/Business Insider

Elon Musk a tweeté en mars que SpaceX "travaille sur l'approbation réglementaire" pour les vols orbitaux de ces prototypes, qui auront chacun trois moteurs Raptor au lieu d'un. SpaceX prévoit de lancer un Starship à grande échelle avant la fin 2020. Puis, en 2021, explique Elon Musk, l'entreprise pourrait tenter de faire atterrir sur la Lune un Starship à grande échelle, sans équipage (peut-être à titre de démonstration audacieuse à la NASA).
Vers 2023, SpaceX prévoit de lancer les premiers passagers humains du Starship, un milliardaire japonais et son équipe d'artistes triés sur le volet, dans un voyage autour de la Lune.

Une illustration du véhicule Starship de SpaceX à la surface de la lune, avec la Terre au loin.Elon Musk/SpaceX via Twitter

Le président et chef de l'exploitation de SpaceX, Gwynne Shotwell, aurait déclaré que l'entreprise espère envoyer ses premières cargaisons sans équipage sur Mars d'ici 2024. Par la suite, peut-être en 2026, SpaceX pourrait essayer de poser le pied sur la planète rouge.

Lors de la cérémonie d'inauguration des travaux du site de lancement de Boca Chica en septembre 2014, Elon Musk a déclaré : "il se pourrait très bien que la première personne qui s'envole pour une autre planète puisse partir de cet endroit".

Version originale : Business Insider / Dave Mosher

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Elon Musk a détaillé son projet pour coloniser Mars mais on ne sait toujours pas comment on va survivre là-bas

Voici ce qui arriverait si vous arrêtiez de vous brosser les dents

  1. Christophe NICOLAS

    20 secondes n'est pas crédible, il faut au moins 1 minute avec un moteur au méthane. Merci de préciser les taux des isomères méta, ortho et para du carburant dans les articles. Si ça ne vous parle pas, je vous déconseille d'investir un kopek dans cette voie.

Laisser un commentaire