SpaceX

La fusée recyclée SpaceX Falcon 9 s'envole à Orlando, Floride, le 30 mars 2017. Flickr.com/SpaceX

Elon Musk a réalisé un rêve qu'il caressait depuis 15 ans: prendre une fusée qui a déjà été utilisée, la lancer, puis la récupérer de nouveau pour un nouveau lancement.

"C'est un jour incroyable pour la conquête spatiale dans son ensemble et pour tout le secteur", a dit Musk pendant la diffusion en direct du lancement.

Le lanceur Falcon 9 a décollé à 18h37 (22h37 GMT), le 30 mars, de son pas de tir du Centre spatial Kennedy en Floride, afin de placer sur orbite un satellite de communication pour l'opérateur luxembourgeois SES.

Mais le point d'orgue est arrivé quelques minutes plus tard, quand le premier étage de la fusée a fait demi-tour et est redescendu sur Terre.

Le lanceur est la partie la plus large et "la plus chère" de la fusée, a précisé Elon Musk. Celui utilisé jeudi avait précédemment été lancé et redirigé sur Terre en avril 2016.

Ce lanceur s'est de nouveau détaché avec succès de sa charge et redirigé sur une plate-forme dans l'Atlantique.

C'est la première fois dans l'histoire qu'une partie d'une fusée commerciale a été intégralement récupérée, réutilisée et récupérée de nouveau.

"Cela va être une révolution important pour les vols spatiaux. Il a fallu 15 ans pour arriver à ce stade", a indiqué Elon Musk. SpaceX a été fondé en 2002. "Les mots me manquent."

Pourquoi ce lancement était si important


La principale mission de ce lancement était de mettre un satellite SES-10 en orbite à 35.000 km de la Terre. De là, il couvrira l'Amérique centrale et du sud en accès internet et télévision. 

Mais tout le monde avait les yeux rivés sur le lanceur. 

Les lanceurs coûtent habituellement des dizaines de millions de dollars à fabriquer, puis partent en feu, tombent dans la mer ou s'écrasent au sol après avoir envoyé une charge en orbite. 

Ce n'est pas le cas pour la moitié inférieure des fusées Falcon 9. Ces lanceurs peuvent atterrir sur le sol ou sur un bateau en mer. Cependant, jusqu'à jeudi, SpaceX n'avait pas encore relancé une fusée pour montrer que son projet fonctionne.

John Logsdon, un expert de politique spatiale et historien du Space Policy Institute de l'université George Washington, a dit à Business Insider avant le lancement que ce projet — devenu réalité — serait "potentiellement révolutionnaire", dans la mesure où réutiliser des lanceurs pourrait réduire le coût des voyages spatiaux. 

"La capacité de réutilisation a été le Saint Graal de la conquête spatiale depuis très très longtemps", a indiqué Logsdon.

Un réduction de 30% des coûts

Réutiliser un lanceur permettrait aux clients d'économiser environ 30% sur un lancement à 62 millions de dollars d'un Falcon 9, a expliqué Gwynne Shotwell, directeur opérationnel de SpaceX. Falcon 9 est déjà la fusée la moins chère de sa catégorie, mais une telle ristourne permettrait aux entreprises de faire encore une économie de 18 millions de dollars par lancement.

"La mission est la clé dans la démonstration", a indiqué Shotwell dans une vidéo avant le lancement de jeudi. "Cela va permettre à des gens de vivre sur d'autres planètes", a-t-elle assuré, se référant à la vision de son patron de coloniser la planète Mars. 

Marcus Payer, directeur de la communication de l'opérateur luxembourgeois SES dit que l'accord pour participer à ce lancement historique est né en août 2016. Il était prévu plus tôt dans l'année mais le vol a été décalé par l'explosion d'une fusée SpaceX en septembre et l'enquête qui s'en est suivie. 

"Du moment que nous pouvons changer l'équation du secteur, nous le ferons. Nous sommes toujours volontaires pour être les premiers. Nous ne sommes pas réticents au risque, sinon nous ne lancerions pas des satellites", a indiqué Payer à Business Insider.

Exalrté après la récupération réussie du lanceur sur la plateforme océanique, Elon Musk a dit: "Cette journée était incroyable. Dans le mille."

Version originale: Dave Mosher/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Airbus abandonne son projet d’avion 100% électrique mais les 6 ans de R&D ne sont pas perdues

Une nouvelle fonctionnalité de Facebook est détournée pour visionner des films piratés