SpaceX réussit le test de sa fusée Starhopper, regardez la vidéo du vol d'essai de 57 secondes

Le vaisseau fusée Starhopper de SpaceX a décollé, s'élevant à près de 150 mètres et a atterri à Boca Chica, au Texas. SpaceX/YouTube

Après que le fondateur de SpaceX, Elon Musk, a admis que le lancement annulé de Starhopper, une fusée expérimentale, était "plutôt embarrassant", la société a finalement réussi un lancement et un atterrissage impressionnants ce mardi 27 août. "Félicitations à l'équipe de SpaceX !!", a tweeté Elon Musk peu de temps après la tentative. "Un jour, Starship atterrira sur les sables de Mars." Starhopper est un appareil d'environ 18 mètres de haut, prototype en acier du futur lanceur de SpaceX censé aller sur Mars, appelé Starship. Il se trouve dans les installations de lancement et de développement des fusées de SpaceX, près de Boca Chica Beach, au Texas, à la pointe sud-est de l'État américain.

SpaceX a effectué son premier vol d'essai détaché de Starhopper en juillet dernier, mais Elon Musk a déclaré que le lancement de mardi — qui semblait être un succès absolu — serait son dernier. L'entreprise va désormais passer à l'essai de prototypes plus gros et plus performants. Au cours des prochaines années, elle espère mettre au point une version finale du système de lancement à deux étages entièrement réutilisable. Une fois terminé, l'appareil à coque en acier inoxydable pourra atteindre près de 40 étages et être équipé d'une quarantaine de moteurs Raptor, brûlant du méthane et de l'oxygène. Mais SpaceX doit d'abord tester en profondeur ses technologies basiques, dont beaucoup sont nouvelles, y compris le Raptor.

via Gfycat

Starhopper a décollé vers 17 h 02, heure locale, puis a atterri environ 57 secondes plus tard. La vidéo complète du lancement de SpaceX, ci-dessous, montre plusieurs images de la fusée en acier et de son moteur Raptor en train de décoller. 

Au fur et à mesure que le moteur s'enflamme, il soulève un épais nuage de fumées et de poussière. La retransmission vidéo passe ensuite à une vue aérienne de la rampe de lancement, filmée à l'aide d'un drone, au fur et à mesure que Starhopper monte. L'appareil se déplace ensuite vers l'est à l'aide de son moteur Raptor, tandis que des propulseurs de contrôle à réaction — des bouffées de fumée blanche — maintiennent le véhicule en place. 

Puis, dans un autre nuage de poussière et de fumée, l'appareil atterrit sur une dalle de béton, quelques centaines de mètres plus loin. 

Un vol réussi après un premier lancement 'plutôt embarrassant'

Starhopper est l'un des premiers prototypes d'un système de lancement sur Mars appelé Starship. SpaceX/YouTube

L'entreprise espérait lancer Starhopper lundi 26 août, mais a retardé sa tentative à plusieurs reprises avant d'avorter le lancement une seconde à peine avant la fin du compte à rebours. Elon Musk a déclaré que le problème venait de deux dispositifs qui allument le moteur Raptor de Starhopper.

"Nous devons inspecter les allumeurs. Nous réessaierons demain à la même heure", a tweeté Elon Musk lundi après le lancement raté.

Il a ajouté qu'il s'agissait probablement d'un problème de câblage ou de connecteur. Pendant la nuit, il a répondu à un utilisateur de Twitter qui soulignait qu'il n'y avait pas de capteurs ou d'autres contrôles sur les dispositifs — qui sont essentiels au décollage de la fusée — pour vérifier leur fonctionnement. "Oui, c'est plutôt embarrassant", a répondu Elon Musk.

Mais ce que les employés de SpaceX ont fait pour corriger le problème a apparemment fonctionné. Et maintenant, grâce à ce dernier succès de Starhopper, SpaceX peut aller de l'avant en équipant des prototypes plus gros et plus performants d'un plus grand nombre de ses moteurs Raptor.

Starhopper est l'une des nombreuses étapes de la quête de SpaceX pour atteindre Mars

Une comparaison entre les fusées de SpaceX et de la NASA. Yutong Yuan/Samantha Lee/Business Insider

SpaceX travaille au lancement d'un prototype plus grand, appelé Starship Mk1, qui utilisera trois moteurs de fusée Raptor et sera capable de décoller du site du Texas, de voler autour de la Terre et d'y réatterrir. La société est également en train de construire un prototype similaire mais concurrent en Floride, le Starship Mk2.

Avant que SpaceX ne puisse lancer une fusée ou un vaisseau spatial grandeur nature, l'entreprise a besoin de l'approbation de la FAA, la direction de l'aviation civile américaine.

"Nous travaillons à l'approbation réglementaire de Boca Chica, au Texas, et de Cape Kennedy, en Floride, " avait tweeté Elon Musk en mars. "Nous construirons aussi le Starship et le Super Heavy simultanément aux deux endroits."

Une illustration du vaisseau spatial SpaceX (à gauche), du propulseur de fusée Super Heavy (à droite) et d'un système de lancement intégré Starship-Super Heavy (au centre).© Kimi Talvitie

Ces appareils sont tous des tremplins vers Starship, un vaisseau spatial d'environ 18 étages, et Super Heavy, un propulseur d'environ 23 étages.

Le système de lancement est également conçu pour être entièrement réutilisable, ce qui pourrait réduire considérablement le coût d'accès à l'espace.

D'autres versions pourraient être construites pour déployer des centaines de satellites à la fois ou des fusées commerciales pour envoyer des passagers à l'autre bout du monde en une demi-heure environ.

SpaceX a lancé Starhopper pour la première fois en avril. Lors de cet essai, la fusée était fixée à l'aide d'attaches géantes en forme de chaîne de vélo sur ses jambes, et l'appareil s'est soulevé de quelques centimètres à peine du sol.

Le 25 juillet, l'appareil s'est envolé à environ 18 mètres du sol, sans être attaché, bien qu'il ait, par inadvertance, déclenché un incendie dans une zone de gestion de la faune voisine, qui a brûlé plus de 40 hectares.

Le travail sur Starhopper étant désormais terminé, les employés de SpaceX vont bientôt le transformer en faire un banc d'essai pour les moteurs Raptor qui équiperont les futures fusées SpaceX.

Elon Musk doit présenter dans le courant du mois de septembre les plans de l'entreprise pour peut-être atteindre la Lune et Mars dans les années 2020.

Version originale : Dave Mosher/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le numéro 1 de la NASA affirme que Pluton est une planète 13 ans après que les astronomes ont déclaré qu'elle ne l'était pas

VIDEO: Voici ce qui arriverait si la Terre tournait plus vite