Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le repreneur des chantiers navals de Saint-Nazaire a un atout-clé qui a convaincu l’Etat français de ne pas nationaliser

Le repreneur des chantiers navals de Saint-Nazaire a un atout-clé qui a convaincu l’Etat français de ne pas nationaliser
© REUTERS/Axel Schmidt

La justice sud-coréenne a retenu le groupe italien Fincantieri pour reprendre STX France à Saint-Nazaire en Loire-Atlantique (44).

L'Etat français dispose d'une minorité de blocage de 33% dans STX France et va donc discuter avec le repreneur.

"Nous voulons conserver le site de Saint-Nazaire. Et nous voulons conserver deux éléments vraiment très importants, qui sont la stratégie (et) la propriété industrielle pour éviter qu'on ne nous prenne notre savoir-faire", a expliquée le secrétaire d'Etat à l'Industrie Christophe Siruguesur RMC.

Mais l'Etat ne nationalisera pas ces chantiers navals florissants a-t-il déclaré, parce qu'elle aurait notamment pour conséquence des discussions difficiles avec les clients des chantiers de Saint-Nazaire.

L'idée était suggérée par des syndicats et des responsables politiques.

"Les clients ont envie d'avoir un industriel en face d'eux et c'est d'un industriel dont nous avons besoin dans ce dossier", a fait valoir Christophe Sirugue.

Il n'a cependant pas exclu une entrée au capital des chantiers de Saint-Nazaire du groupe DCNS, propriété à 62% de l'Etat, spécialisé dans la construction navale militaire.

Jusqu'à quelle hauteur ? "Ça fait partie de l'objet des discussions (avec Fincantieri) mais en tout cas pas jusqu'à 50%", a ajouté le secrétaire d'Etat à l'Industrie.

Pour l'heure, le gouvernement français fait plutôt bon accueil à la perspective d'une reprise de STX France par le groupe italien.

"Nous avions dit que nous voulions un industriel européen (...) Fincantieri est un industriel européen. On aurait quand même des difficultés aujourd'hui à lui dire non", a souligné Christophe Sirugue.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :