Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Sur cette exoplanète 'de l'enfer', il pleut de la lave au-dessus d'océans de magma

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Sur cette exoplanète 'de l'enfer', il pleut de la lave au-dessus d'océans de magma
Photo d'illustration. Comme la Terre connaît le cycle de l'eau, les conditions sur K2-141b sont si particulières qu'un cycle de la roche — avec des pluies de lave — y aurait lieu selon les scientifiques. © fernando zhiminaicela/ Pixabay

L'eau s'évapore sous l'effet de la chaleur et s'agglutine en nuages, où la vapeur se condense et retombe ailleurs sur Terre, sous forme liquide. De retour au sol, l'eau de pluie suit les sillons qu'elle creuse depuis la nuit des temps pour revenir à son point de départ : l'océan. C'est le cycle de l'eau. Maintenant, imaginez une planète où la chaleur est telle que de la "vapeur" de roche se volatilise dans l'atmosphère, pour retomber en précipitations de lave dans un océan de magma. C'est "l'enfer" qu'ont découvert quatre astrophysiciens — trois Canadiens et un Indien — en modélisant les conditions météorologiques de l'exoplanète K2-141b.

K2-141b a été découverte en 2018 par le télescope Kepler de la Nasa. Elle est à 200 années-lumière de la Terre, dans la constellation du Verseau, où elle orbite autour d'une naine orange. Très proche de son étoile, elle en fait le tour en 6 heures et 42 minutes seulement, quand la Terre met 365 jours à effectuer une révolution complète autour du Soleil. Cette proximité provoquerait le "verrouillage gravitationnel" de K2-141b : elle est en "rotation synchrone" — sa période de rotation (tour sur elle-même) est synchrone avec sa période de révolution (tour autour de son astre). Elle présenterait ainsi toujours la même face (son "côté jour") à l'étoile. L'autre versant — le "côté nuit" — serait, selon les modélisations des scientifiques, toujours plongé dans l'obscurité.

Cette particularité expliquerait la météo infernale de K2-141b. La température serait de 2 730 °C à la surface du côté éclairé (les deux tiers de la planète), contre environ -200 °C du "côté nuit" — qui représente un tiers de la planète. La chaleur "côté jour" est suffisamment extrême pour vaporiser la roche, qui se volatilise en une mince atmosphère minérale. Selon le modèle des chercheurs, des vents supérieurs à 5 000 km/h pourraient mener ces "nuages" rocheux vers le côté glacial de l'exoplanète. Soudainement refroidie, la vapeur de pierre retomberait alors en pluie de lave à la surface... presque uniformément recouverte d'un océan de magma profond de cent kilomètres, où sévissent des courants à même de ramener la lave du côté "jour" de la planète. Et ainsi de suite : c'est le cycle de la roche sur K2-141b.

A lire aussi — La Nasa a découvert de la glace d'eau sur la Lune qui pourrait être exploitée pour un voyage vers Mars

Découvrir plus d'articles sur :