Sur les 737 Max 8, un voyant lumineux qui aurait pu permettre d'éviter le crash était proposé en option par Boeing

Un homme saoudien sur les lieux de l'accident du vol 302 d'Ethiopian Airlines près de la ville de Bishoftu, au sud-est d'Addis-Abeba (Éthiopie), le 13 mars. Le frère de cet homme a été tué dans le crash. REUTERS / Baz Ratner

Les avions de Lion Air et Ethiopian Airlines, qui se sont écrasés au cours des cinq derniers mois, manquaient de deux dispositifs de sécurité facturés en supplément par Boeing qui aurait pu aider à éviter le crash, selon un article publié dans le New York Times ce jeudi. Le vol 610 de Lion Air s'est écrasé dans la mer de Java en octobre, tuant les 189 personnes à bord. Le vol 302 d'Ethiopian Airlines s'est quant à lui écrasé le 10 mars 2019, et a fait 157 victimes. Les deux avions — des Boeing 737 Max 8 — étaient neufs et les crashs ont provoqué une immobilisation mondiale de l'avion.

Bien que les causes des deux accidents ne soient pas encore connues, les enquêteurs se sont demandé si le système d'augmentation des caractéristiques de manœuvre (MCAS), un logiciel automatisé conçu pour empêcher le nez de l'appareil de basculer vers le haut, s'était mal déclenché, obligeant ainsi les deux avions à plonger vers l'avant. Le ministre éthiopien des Transports, Dagmawit Moges, a déclaré que les deux catastrophes présentaient "des similitudes évidentes".

Un Boeing 737 Max 8 pris en photo en 2015. Boeing

Deux dispositifs de sécurité optionnels étaient absents des deux vols et auraient pu aider les pilotes à identifier les problèmes liés au MCAS, d'après le New York Times :

  • L'un, un indicateur d'angle d'attaque, affiche les données de deux capteurs d'angle d'attaque, qui déterminent par rapport à l'air la direction vers laquelle le nez de l'avion pointe, vers le haut ou vers le bas.
  • L'autre, un voyant lumineux qui s'active lorsque les deux capteurs affichent des lectures contradictoires.

L'épave de l'avion Lion Air qui s'est écrasé dans la mer de Java en octobre. REUTERS / Beawiharta

Bjorn Fehrm, analyste au cabinet de conseil en aviation Leeham, a déclaré au New York Times que les améliorations de sécurité étaient "primordiales" et "ne coûtaient presque rien aux compagnies aériennes". "Boeing les fait payer parce qu'ils peuvent se le permettre", a ajouté Bjorn Fehrm. "Mais elles sont vitales pour la sécurité".

Business Insider US a contacté sans succès Boeing ainsi que la Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis pour avoir ses commentaires.

À lire aussi : Les Etats-Unis ouvrent une enquête sur le processus de certification des Boeing 737 Max mis en cause après le crash d'Ethiopian Airlines

Le DG de Boeing Dennis Muilenburg à Londres en juillet. BEN STANSALL/AFP/Getty Images

Selon le New York Times, Boeing facture des frais supplémentaires pour toute une série de mises à niveau, notamment des extincteurs de secours. Mais de nombreuses compagnies aériennes optent pour le modèle le moins cher et ont tendance à modifier les détails des fonctionnalités pour lesquelles elles paient ou choisissent de ne simplement pas les acheter.

À partir de 2013, les compagnies aériennes ont en général dépensé entre 800 000 et 2 millions de dollars (entre 702 000 et 1,7 millions d'euros) par avion pour des mises à niveau optionnelles d'appareils de taille similaire à celle du 737 Max 8, a rapporté le New York Times, en citant le cabinet de conseil Jackson Square Aviation.

Un Boeing 737 Max 8 en janvier coûtait environ 121 millions de dollars (106 millions d'euros), selon Statista.

Un Boeing 737 Max exploité par Air China. Plus de 50 pays ont maintenu leurs avions Boeing 737 Max au sol. Boeing

Boeing a annoncé que la société installerait une mise à jour du logiciel MCAS sur tous les avions 737 Max. Selon le New York Times, la société envisage également de standardiser le voyant lumineux sur les nouveaux avions 737 Max, tandis que l'indicateur d'angle d'attaque restera facultatif.

Les États-Unis, l'Europe, le Canada et plus de 50 autres pays ont immobilisé leurs avions  737 Max après l'accident d'Ethiopian Airlines.

Version originale : Alexandra Ma/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La veille du crash de Lion Air, un pilote avait réparé une panne du Boeing 737 Max 8

VIDEO: Quand il ne travaille pas, ce consultant en management se bat avec des haches en métal vêtu d'une armure médiévale