Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Sur Mars, le rover Curiosity prend un impressionnant selfie à l'aide de son bras robotique

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Sur Mars, le rover Curiosity prend un impressionnant selfie à l'aide de son bras robotique
Curiosity se prend au jeu du selfie. © NASA/JPL-Caltech

L'activité ne manque pas sur Mars. La semaine dernière, le rover Curiosity de la NASA a utilisé son bras robotique pour prendre un impressionnant selfie devant le Mont Mercou, une formation rocheuse de 20 pieds de haut. La photo, publiée mardi, offre un aperçu du vaste paysage martien. À quelque 3 000 kilomètres de là, sur la même planète, l'hélicoptère Ingenuity de la NASA a finalement déployé ses quatre pattes d'atterrissage — et les caméras ont également capturé cette scène.

La mission d'Ingenuity est de tenter le premier vol contrôlé d'un aéronef sur une autre planète. L'hélicoptère a voyagé vers Mars dans le ventre du rover Perseverance, qui s'est posé en février. La NASA a révélé mardi que le drone à voilure tournante est désormais en mesure de se poser sur la surface martienne, un exploit que les scientifiques attendent depuis des mois.

À lire aussi — La NASA veut faire décoller un hélicoptère sur Mars début avril

Ingenuity se prépare à son premier vol. NASA/JPL-Caltech

Ingenuity volera probablement dans quelques semaines et pourrait être déployé dès le 8 avril. Mais son vol — qui se veut une démonstration technologique qui pourrait ouvrir la voie à une nouvelle méthode d'exploration planétaire — sera périlleux. L'hélicoptère devra décoller dans la fine atmosphère de Mars et survivre à des températures nocturnes glaciales pendant 30 jours martiens (environ un mois terrestre).

"Comme pour tout ce qui concerne l'hélicoptère, ce type de déploiement n'a jamais été fait auparavant", a déclaré dans un communiqué Farah Alibay, ingénieure système au Jet Propulsion Laboratory de la NASA. "Une fois que nous aurons commencé le déploiement, il n'y a pas de retour en arrière possible."

Ingenuity plane à 15 cm au-dessus de la surface martienne

Au début du mois, Persévérance a laissé tomber le bouclier en forme de guitare qui protégeait Ingenuity, exposant l'hélicoptère à l'air martien pour la première fois. À partir de là, il a fallu le faire pivoter hors de sa position horizontale sous le rover à l'aide d'un moteur électrique. Les jambes d'Ingenuity ont également dû être dépliées deux par deux. La NASA a appelé ce processus "origami inversé". Aujourd'hui, Ingenuity est presque prêt à se laisser tomber de 15 cm sur le sol et à établir son premier contact avec la surface martienne.

Ingenuity se dégourdit les jambes. NASA/JPL-Caltech

Pour cette dernière chute, il faut couper le cordon entre l'hélicoptère et Perseverance. Pour l'instant, ils sont reliés par un seul boulon et une vingtaine de petits connecteurs électriques. "Le jour le plus stressant, du moins pour moi, sera ce dernier jour, lorsque nous séparerons enfin l'hélicoptère et laisserons tomber Ingenuity sur le sol", a déclaré Farah Alibay lors d'un récent point presse.

Une fois qu'Ingenuity sera tombé, Perseverance doit s'éloigner rapidement pour exposer les panneaux solaires de l'hélicoptère afin que le drone puisse commencer à se recharger. Après sa première session de charge, Ingenuity passera environ une semaine à tester ses capteurs et ses moteurs avant d'être prêt à voler.

L'hélicoptère tentera jusqu'à cinq vols au total. Le premier vol permettra de vérifier si Ingenuity est capable de s'élever de quelques mètres du sol, de rester en vol stationnaire pendant environ 30 secondes, puis de se poser. Les tests suivants deviendront plus difficiles les uns que les autres, pour aboutir à un vol final qui pourrait permettre à l'hélicoptère de franchir 300 mètres de terrain martien.

Curiosity prend des photos tout en escaladant une montagne de 5 km

Contrairement à Perseverance, le rover Curiosity de la NASA n'est pas un nouveau venu dans le paysage martien. Le rover de la taille d'une voiture a atterri sur la planète rouge en 2012. Depuis 2014, Curiosity escalade le mont Sharp, haut de presque 5 kilomètres, qui se trouve dans un grand bassin d'impact connu sous le nom de cratère Gale. En chemin, le rover a repéré d'étranges formations rocheuses et des preuves d'anciens lacs de longue durée de vie.

Début mars, Curiosity a commencé à s'approcher du Mont Mercou, un affleurement rocheux nommé d'après une montagne française. L'appareil photo du rover a pris deux panoramas le 4 mars, alors qu'il se trouvait à environ 40 mètres de la falaise. Les photos offrent une vue tridimensionnelle des couches sédimentaires de l'affleurement. Les couleurs des images représentent l'apparence des roches pendant la journée sur Terre.

Le Mont Mercou martien, nommé d'après une montagne du sud-ouest de la France. NASA/JPL-Caltech

Le 16 mars, une caméra sur le mât du rover a capturé 11 images supplémentaires du Mont Mercou. Celles-ci ont été assemblées avec 60 autres images prises par le bras robotique de Curiosity vendredi. Le "selfie" qui en résulte montre le corps entier du rover à côté de la formation rocheuse. Elle montre également Curiosity quittant une région riche en argile sur le mont Sharp pour une région riche en sulfate plus haut sur la montagne. Les scientifiques pensent que ce changement de paysage pourrait aider à expliquer comment Mars est devenue une planète désertique. La présence d'argile indique un environnement aqueux, alors que les sulfates se forment généralement lorsque l'eau s'évapore. À gauche du rover, vous pouvez repérer un trou de forage récent où Curiosity a recueilli son 30e échantillon de roche sur Mars.

À ce jour, Curiosity a parcouru la planète rouge à la recherche de signes de vie microbienne pendant plus de 3 000 jours martiens, soit près de neuf ans sur Terre. Cependant, une fois que l'hélicoptère Ingenuity aura terminé ses vols, Curiosity ne sera plus seul dans sa mission. Perseverance est également conçu pour chasser les microbes — cette fois dans un ancien lit de lac appelé cratère Jezero.

Version originale : Aria Bendix/Insider

À lire aussi — L'une des pilotes de Perseverance explique comment elle conduit le rover sur Mars à distance

Découvrir plus d'articles sur :