Sur Twitter, Elon Musk contredit les conditions de Tesla pour retourner son véhicule

Le DG de Tesla Elon Musk. Rebecca Cook / Reuters

Le directeur général de Tesla, Elon Musk, a posté mercredi sur Twitter un message qui contredit la politique de retour des véhicules décrite sur le site du constructeur automobile. Un utilisateur de Twitter avait répondu à un tweet d'Elon Musk, selon lequel les potentiels clients pouvaient rendre leurs voitures après une semaine d'utilisation, affirmant qu'il en était autrement pour ceux qui avaient testé le véhicule en amont. 

"J'ai appelé Tesla et ils m'ont dit que la politique de retour d'une semaine ne s'applique que si vous n'avez pas fait d'essai. Dans ce cas, vous n'avez qu'un jour. C'est stupide. Je suis à 200 km du magasin Tesla... est-ce que c'est vrai ? ", a demandé cet utilisateur de Twitter. "Non, c'est une semaine dans les deux cas," a répondu Elon Musk. Le site de Tesla indique pourtant qu'en effet, les clients ont une semaine pour restituer leur véhicule uniquement s'ils n'ont pas fait d'essai en amont. Sinon, la période de retour est d'un jour seulement.

"La période de retour standard est d'un (1) jour calendaire après la livraison. Si vous avez reçu votre véhicule sans avoir jamais fait d'essai ou de démonstration avec nous, nous pensons que vous voudrez peut-être plus de temps pour apprendre à connaître votre véhicule. Dans ce cas, vous aurez sept (7) jours calendaires après la livraison pour retourner votre véhicule, sous réserve des conditions générales de la présente politique", indique le site.

Un représentant de Tesla a déclaré que la société avait mis à jour sa politique de retour mais qu'elle n'était pas encore mises en ligne sur le site de la société. Elle permettrait désormais à tous les clients potentiels de restituer leur véhicule dans les sept jours ou dans la limite de 1 000 km parcourus après leur achat.

L'utilisation de Twitter par Elon Musk est devenue un sujet de controverse pour Tesla. En 2018, Elon Musk a tweeté qu'il avait signé un accord pour privatiser Tesla, mais la Securities and Exchange Commission (SEC) a attaqué Elon Musk en justice par rapport à ce tweet, arguant qu'il n'était pas du tout sur le point d'obtenir des fonds pour l'accord, comme il l'avait pourtant indiqué.

Elon Musk a conclu un accord avec la SEC l'obligeant à se retirer de la présidence du conseil d'administration de Tesla pendant trois ans, à payer une amende de 20 millions de dollars (17,8 millions d'euros) et à obtenir l'approbation de toutes les communications écrites qui pourraient intéresser les actionnaires de Tesla.

En février, Elon Musk avait tweeté au sujet des objectifs de production de véhicules prévus par l'entreprise, un tweet qui selon la SEC, aurait violé les conditions de leur accord. L'agence a demandé à un juge de déclarer Elon Musk coupable d'outrage au tribunal qui avait approuvé cet accord en 2018.

Version originale : Mark Matousek/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le gendarme boursier américain accuse Elon Musk d'avoir violé leur accord. Encore pour un tweet maladroit.

VIDEO: Les scooters électriques en libre-service de Bosch arrivent cet été à Paris — on en a testé un pour vous