Taxe GAFA : Macron et Trump se donnent du temps pour éviter l'escalade entre la France et les Etats-Unis

Emanuel Macron et Donald Trump sont tombés d'accord pour prolonger les discussions sur la taxation des géants du numérique jusqu'à la fin de l'anné 2020. Michael Kappeler/dpa

La tension entre la France et les Etats-Unis sur le terrain économique est retombée d'un cran. Début décembre, Washington avait menacé d'imposer des droits de douane additionnels, pouvant aller jusqu'à 100%, sur l'équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français en réponse à l'instauration en France d'une taxe sur les géants américains du numérique. Ce 20 janvier au soir, Emmanuel Macron et Donald Trump sont tombés d'accord pour prolonger les discussions sur la taxation des géants du numérique jusqu'à la fin de l'année, écartant pour l'heure la menace de sanctions américaines sur des produits français, a indiqué une source diplomatique française à l'AFP.

Les présidents français et américain "se sont mis d'accord pour donner une chance" aux négociations afin de trouver une solution dans un cadre international et éviter "une guerre commerciale qui ne serait bénéfique pour personne", a souligné cette source.  Dans un tweet publié en début de soirée, Emmanuel Macron a qualifié d'"excellente" sa discussion dimanche avec le locataire de la Maison Blanche. "Nous allons travailler ensemble sur un bon accord pour éviter toute escalade des tarifs" douaniers, a-t-il ajouté. En écho, la Maison Blanche a souligné que les deux hommes étaient convaincus qu'il est "important de mener à bien des négociations couronnées de succès" sur ce dossier.

Le 7 janvier, les Etats-Unis et la France s'étaient donné quinze jours pour aboutir à un accord et permettre la poursuite du travail à l'OCDE sur l'instauration d'une taxation internationale des géants du numérique, dont les GAFA comme Google, Amazon ou Facebook. Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire, qui mène d'intenses négociations depuis plusieurs semaines, doit rencontrer ce mercredi à Davos son homologue américain Steven Mnuchin pour discuter des détails de la poursuite des discussions dans le cadre de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE).

A lire aussi — Selon Edward Snowden, le business model des GAFAM repose sur 'l'abus' des utilisateurs

'Le diable est dans les détails, il faut régler un certain nombre de détails'

La France s'est ainsi engagée à rembourser la différence entre la taxe française et le nouveau système, une fois que ce dispositif aura été mis en place. Or, l'OCDE n'a prévu de proposer un dispositif qu'en juin 2020. "La France poursuit son objectif de juste taxation des entreprises du numérique et de trouver un compromis dans le cadre de l'OCDE", a rappelé lundi la présidence française.

Pour rappel, la France a décidé d'imposer depuis le 1er janvier 2019 une taxe sur les grandes entreprises du numérique à hauteur de 3% de leur chiffre d'affaires, qui pourrait rapporter 459 millions d'euros dès 2020. Il y a un an, les Etats-Unis avaient relancé les négociations sur la taxation du numérique au sein de l'OCDE, qu'ils bloquaient depuis plusieurs années, mais ils ont posé en décembre des conditions rejetées par la France.

Bruno Le Maire, ministre français des Finances, a dit mardi espérer une solution définitive "d'ici fin 2020" au niveau international pour taxer les géants du numérique, après l'accord entre les présidents américain et français de prolonger les négociations.. "Cela reste une négociation difficile. Le diable est dans les détails, il faut régler un certain nombre de détails, mais je crois que nous sommes dans la bonne direction", a encore dit Bruno Le Maire.

Quant à savoir si Bercy allait suspendre la mise en oeuvre de la taxe Gafa en France, le ministre de l'Economie a éludé la question. "Je ne vais pas rentrer dans le détail de la négociation. Je préfère que cela reste entre Mnuchin et moi-même", a-t-il déclaré.
"L'objectif partagé, c'est une juste taxation des activités numériques dans le cadre international (...). A partir du moment où nous avons le même objectif, il reste juste à construire le chemin qui nous mène à cet objectif, je l'espère d'ici la fin de l'année 2020", a-t-il ajouté.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Taxe GAFA : pourquoi Amazon et les géants du net ne la paieront sans doute jamais

VIDEO: Vous devez certainement mal servir la bière depuis toujours — voici comment faire