Teddy Pellerin, cofondareur de Heetch. YouTube/Heetch

Le mouvement des "Gilets jaunes", manifestation du "ras-le-bol" fiscal d'une partie de la population française focalisé sur les prix des carburants, se rassemblera samedi sur le Champ-de-Mars, à Paris, en point d'orgue d'une semaine de blocages à travers la France.

Les chauffeurs VTC sont invités à se joindre au mouvement. La hausse des prix des carburants pénalise la rentabilité de leur activité.

Et deux ans après les affrontements entre taxis et VTC à l'occasion de l'examen de la loi Grandguillaume — pour encadrer l'activité de transport de personne avec chauffeur — un nouveau front pourrait s'ouvrir.

Le patron de la plateforme Heetch dénonce une inégalité de traitement.

Un chauffeur de sa plateforme s'apprête en effet à demander le remboursement de ses frais d'essence aux autorités douanières, comme peuvent le faire les chauffeurs de taxi, indique Teddy Pellerin, le patron d'Heetch, à France Info.

Les taxis bénéficient d'une détaxation partielle de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), une trentaine de centimes par litre, quand les VTC n'ont rien, écrit France Info. 

"Si on lui refuse, il va attaquer", ajoute Teddy Pellerin au micro de la radio. 

"Cela peut finir en Question prioritaire de constitutionnalité (QPC)" — un droit qui permet à tout le monde de soutenir qu'une disposition législative est contraire aux droits et libertés que la Constitution garantit.

Heetch n'est pas la seule entreprise française du secteur à se positionner à ce sujet. De son côté, Le Cab dénonce "une injustice fiscale" et "invite le gouvernement à corriger " le tir nous a fait savoir l'entreprise. Depuis le 17 novembre, Le Cab reverse l'équivalent de la TICPE sur les courses effectuées par les chauffeurs utilisant son application, jusqu'à la fin du mois. Cela représente, sur un plein d'essence moyen de 120 euros une réduction d'environ 23 euros précise la société.

Le patron de la plateforme Heetch prêche aussi pour sa paroisse. Sur un marché parisien très concurrentiel, et alors que le nombre de chauffeurs ne serait pas suffisant, la bataille sur les prix fait rage pour attirer plus de clients. Les plateformes ont tendance à baisser les commissions — à l'exemple de Txfy. Une hausse des carburants répercutée sur le prix de la course fait chanceler un modèle économique déjà fragile.

Contacté, le patron d'Heetch n'a pas encore réagi à notre demande de réaction.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La plateforme VTC française Heetch finalise une levée de fonds de 16M€ pour se faire une place au milieu d'Uber et Chauffeur Privé

VIDEO: Voici pourquoi vous avez mal à la tête quand vous mangez une glace