Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

L'appli de messagerie Telegram cherche à lever 1,2Md$ pour devenir la Mastercard pour 'la nouvelle économie décentralisée'

L'appli de messagerie Telegram cherche à lever 1,2Md$ pour devenir la Mastercard pour 'la nouvelle économie décentralisée'
© Flickr/Techcrunch
  • L'appli de messagerie Telegram travaille sur une plateforme blockchain pour rivaliser avec le bitcoin et Ethereum.
  • Elle cherche à lever 1,2 milliard de dollars dans une ICO pour développer sa plateforme TON et sa crypto-monnaie nommée "Grams" dans une ICO.
  • Il s'agirait de la plus grande vente de jetons de l'histoire.

L'appli de messagerie privée Telegram compte frapper un grand coup dans le monde des crypto-monnaies avec une importante ICO.

L'entreprise, qui a atteint plus de 170 millions d'utilisateurs par mois, cherche à lever au moins 1,2 milliard de dollars par une ICO, qui comportera une offre privée pour février 2018 et une offre publique pour mars, selon les documents vus par Business Insider US.

Telegram espère lever 600 millions de dollars dans les deux ventes. Si l'entreprise lève 1,2 milliard de dollars, il s'agira de la vente la plus importante de l'histoire des ICO, dépassant les 257 millions de dollars levés par Filecoin, un réseau de fournisseurs de stockage cloud décentralisés, en septembre de l'année dernière.

Cette méthode de levée de fonds, au cours de laquelle les entreprises émettent leurs propres jetons auprès d'investisseurs en échange d'une somme en crypto-monnaie (bitcoin ou ether), a décollé en 2017 avec sept entreprises qui ont levé plus de 100 millions de dollars. Le fournisseur d'outil d'analytics Autonomous NEXT estime que plus de 4 milliards de dollars ont été levés via des ICO l'an dernier.

Quant à l'ICO de Telegram, l'argent levé va servir au développement de la plateforme de blockchain de l'entreprise baptisée TON (Telegram Open Network), qui va "accueillir une nouvelle génération de crypto-monnaies et d'applis décentralisées", selon un livre blanc consulté par Business Insider US. Les investisseurs vont recevoir des jetons de la plateforme TON, appelés "Grams", pour avoir participé à l'ICO d'ici décembre 2018 au plus tôt.

L'entreprise ne s'attend pas à ce que les jetons soient listés pour des échanges importantes avant 2019.

TON cherche à résoudre un problème que ni le bitcoin ni l'ethereum n'arrivent à régler, a dit l'entreprise Telegram.

"Bitcoin est presque considéré comme de 'l'or digital' et Ethereum a montré qu'il pouvait être une plateforme efficace pour les ventes de jetons de masse", selon le livre blanc. "Cependant, il n'existe actuellement pas de crypto-monnaie standard utilisée pour l'échange régulier de valeurs dans le quotidien des gens normaux."

Alors que le bitcoin et l'ether ont atteint des valeurs incroyables l'année dernière, les crypto-sceptiques disent qu'on ne peut pas encore dire qu'ils peuvent rivaliser avec de la vraie monnaie ou des cartes bancaires. Le principal argument repris par les sceptiques est que "vous ne pouvez pas vous payer un café avec un bitcoin."

Telegram veut faire en sorte que son jeton soit "une alternative décentralisée de la monnaie qu'on utilise tous les jours", qui va donc s'adresser au marché de masse. Voici ce que dit l'entreprise dans son livre blanc:

"Telegram va utiliser son expertise en stockage de données distribuées cryptées pour créer TON, une plateforme multi-blockchain à la fois rapide et par nature modulable. TON peut être considérée comme un superordinateur décentralisé et un système de transferts de valeur. En combinant un temps de transaction minimum avec une sécurité maximum, TON peut devenir une alternative à la carte VISA/Mastercard pour une nouvelle économie décentralisée."

L'entreprise devrait commencer à accepter des lettres d'intention d'achat pour la pré-vente destinée aux investisseurs qualifiés à la fin du mois. Ces investisseurs auront plus de 60% de réduction par rapport au prix initial de vente, selon le livre blanc consulté par Business Insider US.

Telegram va utiliser 80% des fonds récoltés pour développer son écosystème TON.

"Plus de 80% des fonds récoltés seront utilisés pour l'équipement, le débit et les coûts de vérification des utilisateurs", dit le livre blanc. "Le reste sera alloué pour les salaires, les locaux et les services juridiques et de conseil."

Joe DiPasquale, le fondateur du fonds de fonds de crypto-monnaie BitBull Capital, a dit à Business Insider avoir décidé de ne pas participer à cette levée de fonds, en raison des risques liés:

"Il s'agit d'un pari grand risque grand profit", a dit DiPasquale. "Et le risque d'avoir de l'argent verrouillé pendant presque un an avant le lancement, et jusqu'à 18 mois après le lancement — j'ai personnellement pris la décision de rester sur la touche."

Version originale: Frank Chaparro/Business Insider

Découvrir plus d'articles sur :