Pavel Durov. Flickr/Techcrunch

L'appli de messagerie cryptée russe Telegram a récemment introduit une exception dans sa politique de confidentialité, connue pour être très stricte, rapporte le site Zdnet.fr.

La startup dirigée par Pavel Durov, qui revendique quelque 200 millions d'utilisateurs à travers le monde, ne partage aucune information sur ses utilisateurs, y compris avec les autorités.

Telegram va désormais partager certaines informations avec presque tous les Etats dans le cadre d'affaires terroristes. Le seul pays qui fera exception à ce nouveau principe est la Russie.

Mais les informations que Telegram pourra transmettre seront très maigres, en raison du chiffrement mis en place pour assurer la confidentialité des échanges sur son appli: seuls l'adresse IP et le numéro de téléphone des personnes pourraient ainsi être livrés.

Telegram a précisé que pour le moment, aucun Etat n'a formulé une requête de ce type. 

La 9e appli de messagerie la plus utilisée au monde est interdite en Russie depuis avril dernier. Des manifestations à Moscou ont eu lieu pour défendre l'application et s'opposer à la décision des autorités russes. 

Le fondateur de Telegram Pavel Dourov, qui a quitté la Russie en 2014, avait déjà eu des ennuis avec les autorités russes quand il avait créé son réseau social vKontakte. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : VIDEO: Voici tout ce qui ne va pas avec les smartphones Android

VIDEO: Ces béquilles innovantes facilitent la vie de ceux qui les utilisent