Des employés de Tesla décrivent leurs conditions de travail dans l'immense Gigafactory

La Gigafactory de Tesla à Reno, dans le Nevada. Tesla

  • La Gigafactory est l'usine où sont fabriquées les batteries et les unités moteur de Tesla. C'est aussi là que l'entreprise fabrique ses batteries Powerwall, pour stocker l'énergie solaire.
  • Le gigantisme de l'endroit est une partie intégrante de sa culture. Une demi-douzaine d'employés affirment à Business Insider que les conditions de travail y sont épuisantes et frustrantes, mais également stimulantes et gratifiantes.
  • Les choses peuvent changer rapidement à la Gigafactory — y compris l'existence même de votre emploi.
  • Business Insider US a parlé à 42 employés de Tesla pour savoir comment sont les conditions de travail dans une des entreprises les plus ambitieuses du monde. En un mot: intenses.

La Gigafactory de Tesla dans le Nevada n'a que deux ans, mais son importance pour l'entreprise ne peut être surestimée.

La Gigafactory est l'endroit où les batteries et les unités comme les moteurs des véhicules électriques, par exemple, sont fabriquées avant d'être assemblées à l'usine Tesla de Fremont, en Californie.

L'endroit est gigantesque et s'étend sur 455.200m² répartis sur trois étages. À l'intérieur, plus de 2500 employés travaillent sans relâche aux côtés de sous-traitants et d'intérimaires. L'installation est assez grande pour être traversée en voiture, mais seuls les véhicules utilisés pour la production sont autorisés sur les lieux.

L'exploitation d'une telle installation entraîne inévitablement des problèmes. Plusieurs employés nous ont dit que les toilettes étaient souvent occupées et souvent en désordre. Une fois, un ancien employé indique que les toilettes des hommes étaient si occupées qu'un employé a posé du papier toilette à côté d'une toilette bouchée et a déféqué là.

Cette surpopulation s'est étendue aux environs. Si vous déménagez au Nevada pour Tesla, l'entreprise vous installera dans un logement temporaire ou dans un hôtel, comme le Whitney Peak à Reno, pendant deux semaines, jusqu'à ce que vous trouviez votre propre logement. Mais c'est devenu de plus en plus difficile depuis l'ouverture de la Gigafactory et l'arrivée de milliers d'emplois dans la région, affirme un ancien employé.

"La maison la moins chère que nous avons trouvée est à 24 kilomètres et nous payons 1200 dollars par mois", explique une personne. "Il y a des gens qui préfèrent vivre dans leurs véhicules ou dans des camping-cars sur des aires de repos, et certaines personnes dorment dans leur voiture sur le parking de Tesla pour économiser de l'argent. Ils ont dû les enlever parce que trop de gens dormaient sur place au lieu de rentrer chez eux."

Le moment le plus difficile pour entrer dans la Gigafactory est entre 5h30 et 6h du matin et de 17h30 à 18h le soir. C'est à ce moment-là que tout le monde va travailler et qu'une file de voitures se forme devant le portail de l'usine et s'étend sur la moitié de Electric Avenue.

Les files peuvent être si longues pendant les périodes critiques que, au lieu de scanner correctement leurs badges pour entrer, les employés peuvent parfois se contenter de les montrer aux agents de sécurité. Obtenir une place de parking est un défi constant à la Gigafactory, comme à l'usine principale et au siège de Tesla à Fremont.

Parfois, la production est tellement sous pression que tout le monde peut être appelé à travailler sur la chaîne après quelques minutes de formation. Ces postes ne sont pas "durs à maîtriser", admet un ancien employé.

"C'était décidé sur le moment", déclare une personne qui nous dit avoir été détachée des ses fonctions habituelles. "C'était littéralement 'voilà, fais ça' et ensuite, en gros: 'reste là pendant 12 heures et fais ça'."

De telles missions peuvent durer des jours, indique-t-elle. Le rythme était de quatre jours de travail, puis quatre jours de congé, trois jours de travail et trois jours de repos.

De nombreux employés de la Gigafactory déclarent que la culture d'entreprise consiste à atteindre les objectifs de production. Ce travail acharné convient à certains employés, selon eux.

"Je travaille probablement 70 heures par semaine, et je ne voudrais rien y changer", indique George Stewart, un des chefs de la production de batteries.

Stewart affirme qu'il préfère que l'équipe qu'il gère "travaille une journée supplémentaire et arrive à 50 heures par semaine". Mais il dit qu'il n'y a pas de conséquences si elles ne le font pas.

Bien que le DG de Tesla, Elon Musk, se trouve le plus souvent au siège de Tesla et à l'usine de Fremont, il rend régulièrement visite à la Gigafactory.

Comme à Fremont, il y a des employés à Reno qui sont en admiration. Certaines personnes parlent de "culte d'Elon". Ces personnes croient fermement que Musk aide à sauver le monde grâce à son travail sur les véhicules électriques, l'énergie solaire et son autre entreprise, SpaceX. Pour certains, chaque fois qu'il visite l'usine, c'est comme quand les Beatles sont arrivés à New York en 1964. Pour d'autres, une visite de Musk est un moment de panique, car tout le monde doit s'assurer que tout est au bon endroit et fonctionne à son goût.

Mais tout le monde s'accorde sur le fait que le Gigafactory, comme le reste de Tesla, évolue rapidement.

"Méfiez-vous car tout peut changer à tout moment", prévient un ancien employé qui a été victime de la dernière vague de licenciements. "Les choses promises ne se produisent parfois pas avant un certain temps ou ne se produisent pas du tout."

Version originale: Linette Lopez/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Tesla ne vend pas uniquement des voitures — voici quelques-uns de ses produits insolites

VIDEO: Une neuroscientifique explique pourquoi certaines personnes qui réussissent souffrent du 'syndrome de l'imposteur'

Contenu Sponsorisé

Les technologies qui nous ont fait gagner le plus de temps

  1. Philippeem

    Aux États Unis on bosse autant d’heures qu’on veut genre 70 h par semaine rien d’exeptionnel c’est pour ça aussi que là-bas on peut s’enrichir, chez nous c’est réglementé à 35 h c’est pour ça qu’on est pauvre !! Là-bas le droit du travail est totalement différent qu’en France et incomparable et surtout inacceptable pour le français !!!

    • Olivier

      Eh bien va bosser 70h par semaine sur une chaîne de production aux États - unis. Tu verras comme tu deviendras riche... Charlot.

  2. Hannibal Roudoudou

    J'adore... 🙂

Laisser un commentaire