Tesla est aussi confus dans sa com' qu'Elon Musk sur Twitter. Le constructeur est revenu sur ses décisions datant de tout juste deux semaines.

La Tesla Model 3, présentée en Californie, en mars 2016. REUTERS/Joe White

Tesla change-t-il d'avis comme de chemise ? Le fabricant de voitures électriques haut de gamme est revenu sur sa décision de démanteler son réseau de concessionnaires. La direction du groupe a annoncé dimanche, dans un post de blog, son intention d'en conserver finalement la moitié. Résultat, la moitié des économies prévues ne seront finalement pas réalisées. Tesla a également précisé que certains magasins déjà fermés rouvriront leurs portes, mais avec une équipe réduite. "En outre, 20% des sites font l'objet d'un suivi et, selon leur efficacité au cours des prochains mois, certains seront fermés et d'autres resteront ouverts", ajoute la société californienne. En France, dix magasins étaient potentiellement menacés par le projet de fermeture annoncé le 28 février par Tesla. 

Par ailleurs, pour compenser la baisse du nombre de points de vente fermés, le groupe a précisé qu'il comptait augmenter les prix de ses berlines d'environ 3% en moyenne au niveau mondial. Ce relèvement des prix ne s'appliquera qu'après le 18 mars et concernera les versions les plus onéreuses des Model 3, S et X de l'entreprise.

A lire aussi : Le gendarme boursier américain accuse Elon Musk d'avoir violé leur accord. Encore pour un tweet maladroit.

Que les conducteurs intéressés par la Model 3 à 35 000 dollars se rassurent, ils ne verront pas s'accroître le coût de cette voiture. Attendue depuis plusieurs années, la décision d'abaisser le prix de la Model 3 à 35 000 dollars (environ 30 800 euros) a été prise fin février seulement par Tesla. C'est à cette occasion que la société avait annoncé mettre fin aux concessions, pour ne vendre plus qu'en ligne ses véhicules, aux Etats-Unis comme à l'international.

Le revirement de Tesla est un peu à l'image de son directeur général. Elon Musk, nous a habitué à des déclarations hâtives sur le réseau social Twitter, effectuant par exemple des prédictions sur le nombre de véhicules produits. Des tweets qui lui ont valu d'être réprimandés par la SEC. Le gendarme américain de la Bourse a forcé le patron fantasque à quitter son poste de président du groupe, fin septembre 2018, considérant qu'il avait induit en erreur les investisseurs en évoquant dans un tweet un retrait de la Bourse de Tesla. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Tesla a décidé de vendre sa Model 3 uniquement en ligne. Voici les magasins français menacés de fermeture

VIDEO: Ce bras robotique ultrasensible est peut-être votre prochain collègue — il peut appréhender la moindre collision

Contenu Sponsorisé

La grande distribution connaît une importante mutation, E.Leclerc souhaite encourager les projets qui y répondent

  1. Ce n'est pas le genre de nouvelles qui rassurent quant à la qualité de l'équipe dirigeante...

Répondre à Kevin Annuler la réponse.