Tesla

REUTERS/Benoit Tessier

Tesla mène actuellement une campagne de recrutements en Europe.

En France, Tesla a déjà embauché cinq personnes en 2016. Quatre postes de commerciaux et responsables de concession sont à pourvoir d'ici la fin de l'année.

L'entreprise américaine cible des candidats prêts "à casser les codes" de la vente, explique Grégory Herbé, le fondateur et CEO de My Job Company. C'est son cabinet de ressources humaines qui collabore avec la marque américaine.

"Travailler pour Tesla, c'est hacker le système de vente pour accompagner une disruption dans le secteur automobile", explique-t-il à Business Insider France.

C'est Tesla au Royaume-Uni qui pilote le processus de recrutement. En règle générale, le choix s'effectue après cinq entretiens. Les candidats doivent avoir des connaissances poussées du secteur et sur la technique des voitures du constructeur.

Mais pas que. Leur curiosité, leurs ressorts personnels et leurs solutions face à l'adversité y sont aussi testés lors de mises en situation.

"Ils veulent des entrepreneurs. Dans un marché atomisé, ils désirent des gens conscients des enjeux liés à la performance de l'entreprise. Ils doivent être capables de se débrouiller, de sortir des sentiers battus, de ne pas tout attendre d'un groupe",  renchérit Louis-Antoine Grasset, country manager France de My JoB Company.

Résultat, si la majorité des profils présentés à Tesla proviennent de vendeurs de voitures haut de gamme, My Job Company a déjà retenu des candidats aux profils atypiques, issus de milieux complètement différents comme ceux des cabinets de conseil par exemple.

"Tesla est une entreprise américaine, pragmatique et donc beaucoup plus ouverte aux reconversions. En plus elle possède une excellente école de formation en interne", assure Louis-Antoine Grasset.

Présente en France depuis 2009, l'entreprise emploie une centaine de personnes, réparties notamment dans six succursales de vente et quatre centres de service.

Plus de 1000 véhicules, Model S et Model X, ont été vendus dans l'Hexagone en sept ans selon Tesla.

Avec 24 500 ventes au troisième trimestre, le constructeur de voitures électriques haut de gamme revendique une augmentation de 70% par rapport au trimestre précédent. Au niveau mondial, l'objectif pour 2016 est d'atteindre 90 000 livraisons.

Lire aussi : Tesla travaille avec une startup tech de Nantes pour former ses ouvriers

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

VIDEO: Deliveroo vient d'ouvrir ses premières cuisines partagées pour proposer plus de choix à ses clients de banlieue parisienne — voici à quoi elles ressemblent