Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Thomas Pesquet a pris de nombreuses photos de l'espace — ses images peuvent servir aux économistes

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Thomas Pesquet a pris de nombreuses photos de l'espace — ses images peuvent servir aux économistes
© ESA/NASA

Après six mois passés dans l'espace, l'astronaute français Thomas Pesquet est redescendu sur Terre ce vendredi 2 juin.

Pendant son séjour de 196 jours dans l'espace, Thomas Pesquet a pris des centaines photos de pays et de villes du monde entier.

Il a partage ces nombreuses photos sur son compte Twitter, dont beaucoup de prises de vues nocturnes.

Selon un chercheur basé en Suisse, qui s'est penché sur un échantillon de 172 pays, ces clichés peuvent être utilisés pour faire des prévisions économiques.

Jaqueson K. Galimberti, dans une étude pour le Centre de recherches conjoncturelles KOF de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, propose en effet d'examiner les lumières nocturnes pour mesurer l'activité humaine et économique d'une zone géographique.

"L’hypothèse sous-jacente concernant l’utilisation des lumières nocturnes pour prédire le PIB d’un pays réside dans le fait que l’émission de lumière indique la présence d’une activité économique sur le territoire de ce pays (...) ", explique le KOF dans une note de synthèse.

Jaqueson K. Galimberti suppose que les photos prises de l'espace permettraient de cartographier avec plus de précision l'activité économique dans une région donnée, "grâce aux instantanés ponctuels indiquant ce qui se passe dans une région donnée pendant une période donnée."

Ces données seraient ainsi moins sujettes à des révisions statistiques.

En intégrant les données tirées des lumières nocturnes — comme la distribution géographique de chaînes de production dans certaines régions — il est possible d'améliorer l'exactitude des prévisions de croissance du PIB, a constaté Jaqueson K. Galimberti.

Son étude ne démontre pas une "relation commune entre les lumières nocturnes et le PIB dans tous les pays", nuance le KOF.

Découvrir plus d'articles sur :