Thomas Pesquet

Thomas Pesquet. ESA/NASA

Depuis son retour sur Terre en juin 2017, Thomas Pesquet avait exprimé à plusieurs reprises son envie de retourner dans l'espace. Son souhait pourrait se réaliser dès l'année prochaine.

En effet, l'astronaute français pourrait faire partie d'une mission spatiale en 2020, a annoncé la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, mardi 22 janvier.

Lors de ses vœux à la communauté de l'enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal a déclaré que l'Agence spatiale européenne (ESA) va proposer la candidature de Thomas Pesquet pour retourner dans l'espace en 2020. 

L'ESA — entité à laquelle Thomas Pesquet est rattachée — peut envoyer sur l'ISS un astronaute de son organisme environ 3 à 4 mois par an.

Cette participation "va se discuter dans les prochains mois avec la NASA", a précisé à FranceInfo Philippe Willekens, directeur de l'information de l'ESA, ajoutant : "On doit définir dans quel cadre". 

Une réunion européenne se tiendra à Madrid le 28 novembre prochain pour discuter, entre autres, de ce sujet. 

2020 serait une date plus rapprochée que prévu pour Thomas Pesquet, puisqu'en décembre 2017, le patron du Centre national d'études spatiales (CNES), Jean-Yves Le Gall, avait tout d'abord déclaré être "en train de négocier son prochain vol dans l'ISS" pour 2021.

Le quatrième Français à avoir fait une sortie dans l'espace a exprimé à plusieurs reprises son envie de retourner dans l'espace, estimant que c'était "addictif, un peu comme une drogue".

Lors d'un entretien avec l'AFP en septembre, Thomas Pesquet avait déclaré : 

"Dans mon rêve, idéalement, d'ici 2024, je retourne sur l'ISS pour une deuxième mission."

Mais l'ingénieur et pilote de ligne de 40 ans rêve aussi de la Lune et de Mars. Il avait affirmé vouloir "être parmi les premiers à aller dans la future station autour de la Lune", qui devrait être opérationnelle à partir de 2025, mais avait également dit qu'il adorerait explorer Mars et que "ça sera une aventure incroyable". 

Depuis son retour sur Terre en juin 2017, Thomas Pesquet pilote l'Airbus A310 Zéro-G de Novespace pour des vols paraboliques et passe une grande partie de son temps à Cologne (Allemagne) au centre des astronautes de l'ESA. Comme il l'a détaillé au JDD, il y effectue des tâches techniques et "travaille à la suite de la Station spatiale internationale, à l'horizon 2024-2025."

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici pourquoi il est tout simplement impossible d'atterrir sur Jupiter

VIDEO: On a testé un cours d'art martial inspiré de Star Wars — vous êtes munis d'un sabre laser lumineux