Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Thomas Pesquet repartira dans l'espace 'sans doute' à bord de la capsule de SpaceX ou de Boeing

Thomas Pesquet repartira dans l'espace 'sans doute' à bord de la capsule de SpaceX ou de Boeing
© Oliver Berg/picture alliance via Getty Images

On savait déjà que le Français Thomas Pesquet serait le prochain astronaute européen à effectuer une deuxième mission dans l'espace, mais la date restait encore floue. A l'occasion d'une table ronde sur l'espace organisée par la Commission des affaires étrangères, ce mercredi 22 janvier 2020, celui qui a déjà séjourné à bord de la Station spatiale internationale (ISS) entre novembre 2016 et juin 2017 a déclaré que la date prévue par l'Agence spatiale européenne (ESA) "se trouve pour l'instant aux alentours de juin-juillet 2021".

L'ancien pilote de ligne d'Air France a précisé que ce vol décollera probablement depuis Cape Canaveral en Floride et non depuis Baïkonour (Kazakhstan), car il se ferait "sans doute" à bord de la capsule Crew Dragon de SpaceX ou de la navette CST-100 Starliner de Boeing, les deux véhicules de transport d'astronautes développés pour la NASA pour mettre fin à leur dépendance au Soyouz russe. Car depuis l'arrêt du programme des navettes américaines en juillet 2011, les seuls véhicules permettant les vols d'astronautes sont les capsules russes Soyouz. Et la NASA a demandé à SpaceX et Boeing de concevoir des vaisseaux américains pour mettre fin à cette dépendance, qui lui coûte cher — à raison de 85 millions de dollars la place.

Les vols des astronautes européens sont assurés à travers la coopération avec la NASA. L'ESA n'achète pas directement des places sur les Soyouz auprès de l'agence spatiale russe Roscosmos. "C'est la NASA qui s'occupe des négociations avec Roscosmos pour l'utilisation des Soyouz", avait précisé David Parker, directeur de l'exploitation humaine et robotique à l'ESA. Dans le détail, l'ESA fournit un module de service pour l'ISS pour payer la part européenne des coûts d'exploitation de la station spatiale — parmi ces coûts, on retrouve ceux liés aux vols d'astronautes. C'est via cet échange que l'Europe envoie ses astronautes dans l'espace.

A lire aussi — Le DG de l'Agence spatiale européenne dit que Thomas Pesquet a de bonnes chances d'être choisi pour partir sur la Lune

Thomas Pesquet, qui a effectué une première mission à bord de l'ISS entre novembre 2016 et juin 2017, aurait également de bonnes chances pour être choisi pour partir un jour sur la Lune en raison de son âge — il a actuellement 41 ans—, selon le directeur général de l'ESA, Jan Wörner. Tant mieux puisque dans un message vidéo diffusé lors du 70e Congrès astronautique international (IAC) en octobre 2019, le Français avait indiqué : "[...] j'ai toujours rêvé d'aller plus loin et plus profondément dans l'espace. J'espère vraiment prendre ma part dans cette prochaine étape de l'exploration spatiale".

En attendant de repartir dans l'espace, l'astronaute français s'est formé à piloter les avions A310 Zéro-G de Novespace (filiale du Centre national d'études spatiales) qui recréent l'état d'impesanteur.

Découvrir plus d'articles sur :