Thomas Pesquet va piloter un rover sous-marin pour préparer les prochaines missions sur la Lune

L'astronaute français Thomas Pesquet lors de la mission NEEMO 18, le 17 juillet 2014, à Key Largo en Floride. NASA

Il ne sait pas encore s'il suivra les pas de l'Américain Neil Armstrong, le premier homme à avoir marché sur la Lune en 1969, mais quoi qu'il en soit, il aide à mieux préparer les futures missions vers le satellite de la Terre. L'astronaute français Thomas Pesquet, qui a déjà exprimé à plusieurs reprises sa motivation pour faire partie du prochain voyage sur l'astre, participe jusqu'au 28 août 2019 à la nouvelle mission NEEMO (pour " NASA Extreme Environment Mission Operations") qui se déroule en Californie (Etats-Unis), avec son confrère américain Drew Feustel et le Japonais Norishige Kanai. Objectif : évaluer des concepts d'entraînement sous-marin qui faciliteront les prochaines missions sur la Lune.

La NASA et l'Agence spatiale européenne (ESA) testent souvent de nouveaux outils, techniques ou technologies, ainsi que ses nouveaux programmes d'entraînement pour les missions spatiales, sur Terre dans des environnements extrêmes simulant certains aspects de la vie dans l'espace. Le monde sous-marin a été choisi, car il présente des aspects géologiques similaires à ceux que l'on peut trouver sur la Lune. 

Sur un billet de blog de l'ESA), on peut lire : "cette expédition explore un nouveau concept pour la mission NEEMO avec un accent sur l'exploration et un retour sur la Lune en 2024. Contrairement aux missions NEEMO précédentes, les astronautes, aussi appelés océanautes, ne vivront pas sous l'eau mais reviendront à la surface chaque jour pour rester sur l'île de Santa Catalina."

Une combinaison spatiale sous-marine et un rover sous-marin

Concrètement, celui qui avait déjà participé à une mission NEEMO en 2014 va tester avec l'astronaute de la NASA Drew Feustel des sous-marins et des combinaisons sous-marines afin de savoir si le nouvel emplacement choisi en Californie convient pour simuler l'environnement que les astronautes rencontreront sur la Lune. 

"Nous disposons d'une technologie vraiment impressionnante avec laquelle travailler, y compris la combinaison spatiale sous-marine et le rover sous-marin, mais nous nous attendons à passer beaucoup de temps sous l'eau au cours des deux semaines les plus trépidantes de notre vie", a déclaré Thomas Pesquet. Et d'ajouter : "tout est fait pour être aussi réaliste que possible sans quitter la Terre, de sorte que nous serons aussi occupés que des astronautes sur la Station spatiale internationale (ISS), en utilisant des techniques opérationnelles similaires avec le contrôle de mission, des briefings et des procédures."

A lire aussi — Thomas Pesquet pourrait retourner dans l'espace dès l'année prochaine

Sur son fil Twitter, Thomas Pesquet a déjà posté des photos et une vidéo de la combinaison appelée "Exosuit" et du sous-marin qu'il devra piloter avec le hashtag #neemoNXT.

Thomas Pesquet est actuellement "entre deux missions spatiales" comme il l'écrit dans sa biographie Twitter. Après avoir passé 196 jours dans l'espace entre novembre 2016 et juin 2017, il devrait repartir pour une mission sur la Station spatiale internationale (ISS) en 2020-2021, bien que la date précise n'a pas encore été fixée.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le robot à la place de l'homme dans l'espace? 'On en est encore loin' selon Thomas Pesquet

VIDEO: Cet accessoire est l’invention idéale pour en finir avec les cheveux coincés dans le tuyau d'évacuation de la douche — mais on ne peut s’en servir qu’une fois