Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

TikTok va ouvrir un data center en Irlande pour y stocker les données des utilisateurs européens

TikTok va ouvrir un data center en Irlande pour y stocker les données des utilisateurs européens
© Kon Karampelas/Unsplash

Rien ne semble arrêter TikTok sur sa lancée. L'application chinoise a annoncé, dans un communiqué de presse jeudi 6 août, la création de son premier "data center" en Europe, et de centaines d'emplois. Ce nouveau centre de données sera implanté en Irlande et représente un investissement conséquent pour le géant chinois — pas moins de 420 millions d'euros. "Il jouera un rôle clé dans le renforcement, la sauvegarde et la protection des données de nos utilisateurs avec des systèmes de sécurité et de défense de pointe, tant au niveau physique que du réseau", précise le communiqué.

C'est dans ce nouveau data center irlandais que seront stockées les données des utilisateurs européens de TikTok dès qu'il sera opérationnel, début 2022. En plus de sécuriser davantage les données personnelles des Français et de leurs voisins — qui sont pour le moment stockées dans des serveurs aux États-Unis et à Singapour —, la proximité géographique de ce centre devrait améliorer le temps de chargement de l'application de partage de vidéos.

TikTok possède déjà plusieurs bureaux en Europe, dont une équipe en France, et poursuit son développement. En début de semaine, TikTok France a ainsi annoncé la création d'un fonds européen de 60 millions d'euros pour soutenir les créateurs de contenus sur sa plateforme.

Des craintes sur la gestion des données personnelles

TikTok, qui appartient à la société chinoise Byte Dance, est sous le feu des projecteurs depuis début 2020 pour sa gestion des données personnelles des utilisateurs. Des politiques américains, Donald Trump en tête de liste, soupçonnent l'application d'envoyer les données des utilisateurs au gouvernement chinois à des fins d'espionnage.

TikTok s'est défendu à plusieurs reprises de ces accusations, et a même nommé Kevin Mayer, Américain et ancien patron de Disney+, comme directeur général, en charge du développement international de l'application.

Plus récemment, Donald Trump a annoncé son intention d'interdire l'application aux États-Unis si elle restait la propriété du chinois Byte Dance. Des négociations sont en cours pour un éventuel rachat des activités américaines, canadiennes, australiennes et néo-zélandaises de TikTok par Microsoft. Le président américain a donné jusqu'au 15 septembre pour que la transaction soit réalisée.

Si le rachat de TikTok par une entreprise américaine avait bien lieu, les utilisateurs européens pourraient ne plus avoir accès aux vidéos publiées en Amérique du Nord, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Vers un TikTok européen séparé du TikTok américain ?

TikTok serait alors constitué de deux entités séparées : une application américaine, gérée par Microsoft, et l'application originale, qui appartiendrait toujours au chinois Byte Dance mais continuerait de développer ses activités en Europe avec un data center en Irlande. La situation existe déjà pour Douyin, la version chinoise de TikTok, également propriété de Byte Dance, mais qui n'est accessible qu'en Chine.

En Europe, certains s'inquiètent également du traitement des données de TikTok, mais dans une moindre mesure qu'Outre-Atlantique. C'est TikTok Royaume-Uni, désormais assisté de TikTok Irlande, qui contrôle les données des utilisateurs de l'espace économique européen et suisse.

En juin, le Comité européen de la protection des données (l'EDPB) — le garant du respect du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) — a chargé une équipe d'enquêter sur le traitement des données par l'application.

De telles enquêtes ont déjà été ouvertes par le passé pour d'autres célèbres applications, comme Facebook. Car on a tendance à l'oublier, Donald Trump le premier, mais qu'ils soient chinois ou américains, les réseaux sociaux collectent tous nos données...

À lire aussi — TikTok va payer des créateurs de contenus en France avec un fonds européen de 60M€

Découvrir plus d'articles sur :