'C'est de la surveillance': Tim Cook vient de démolir Facebook devant les gendarmes européens de la vie privée

'C'est de la surveillance': Tim Cook vient de démolir Facebook devant les gendarmes européens de la vie privée

Le DG d'Apple, Tim Cook, à la Conférence internationale 2018 des commissaires à la protection des données et de la vie privée à Bruxelles, le 24 octobre 2018. REUTERS/Yves Herman

Convié à s'exprimer lors de la Conférence internationale des commissaires à la protection des données et de la vie privée à Bruxelles, ce mercredi 24 octobre 2018, Tim Cook a fait l'apologie d'Apple en dénonçant avec vigueur les travers dont se rend coupable un autre géant de la tech de la Silicon Valley selon lui — Facebook, sans jamais le nommer. 

"C'est de la surveillance", a résumé le directeur général d'Apple lors de sa présentation après avoir énuméré les usages dangereux qui ont récemment été faits à partir des données personnelles semées en ligne par les réseaux sociaux. 

"Nos informations personnelles — celles du quotidien comme les plus intimes — sont transformées en arsenal contre nous avec une efficacité militaire. Chaque jour, des milliards de dollars changent de mains et d'innombrables décisions sont prises en fonction de ce que nous aimons et nous n'aimons pas, de nos amis et familles, de nos relations et conversations, nos désirs et nos peurs, nos espoirs et nos rêves. Chacune de ces données, inoffensives en elles-mêmes, sont précisément assemblées, synthétisées, commercialisées et vendues. Poussé à l'extrême, ce processus crée une identité numérique immuable et permet à des entreprises de vous connaître mieux que vous ne vous connaissez vous-même. Ce profil permet à des algorithmes de vous proposer des contenus toujours plus extrêmes, transformant nos préférences innocentes en convictions endurcies." 

Tim Cook a poursuivi sa charge en abordant la question des fake news et de la manipulation de l'opinion:  

"Si la couleur verte est votre couleur préférée, vous allez vous retrouver à lire beaucoup d'articles ou voir beaucoup de vidéos sur la menace insidieuse des gens qui aiment l'orange... Chaque jour nous voyons les effets dangereux voire démoniaques de cette vue du monde étriquée."

Puis de lâcher en conclusion: 

"Il ne faut pas édulcorer les conséquences: c'est de la surveillance."

Fort de cette attaque en règle, Tim Cook a salué les efforts politiques menés en Europe avec la mise en application du RGPD (Règlement général sur la protection des données) cette année et les questions posées par le régulateur aux géants de la tech. 

Il a aussi affirmé que "chez Apple, nous soutenons pleinement une loi fédérale exhaustive sur la vie privée aux Etats-Unis" et dit considérer le droit à la vie privée comme un "droit humain fondamental". Tim Cook a défendu quatre principes sur lesquels il repose: 1) le droit de minimiser les données personnelles — limitant le droit des entreprises à collecter ces données; 2) le droit à la transparence — pour qu'un internaute sache ce qui est collecté sur lui et à quelles fins; 3) un droit d'accès — pour que les utilisateurs puissent accéder, modifier ou supprimer leurs données; 4) le droit à la sécurité, fondement de la confiance. 

Ces recommandations de Tim Cook, qui font écho pour partie à la loi Informatique et Libertés déjà en vigueur en France, sont d'autant plus faciles à défendre que contrairement à Google et Facebook — dont le modèle économique publicitaire repose sur une fine connaissance de leur audience — Apple continue de tirer son chiffre d'affaires de la vente de matériel informatique et de contenus

Tim Cook a attaqué les pratiques de Facebook en matière de protection de la vie privée à plusieurs reprises au cours des derniers mois

En revanche, il ne s'est pas exprimé à Bruxelles sur la question de la fiscalité des acteurs du numérique, alors que le ministre français de l'économie Bruno Le Maire s'efforce de rallier ses pairs européens à un consensus sur l'épineuse question et que la Commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager a sanctionné Apple pour ses acrobaties fiscales avec l'Irlande en 2016. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : 'Nous n'avons jamais été dans le business des données': Apple dit n'avoir jamais collecté d'informations provenant de Facebook

VIDEO: Comment Comic Con est devenu un phénomène mondial

  1. DUMONT

    Tim Cook est avant tout un financier, un manager. La bonne question à se poser c'est : en descendant FB, qu'est-ce qu'il y gagne ? Quel projet lucratif à ce monsieur ? FB c'est comme un réseau routier : l'ambiance est créée par les automobiliste. Il y circule des honnêtes gens et des racailles. Quand c'est limité à 30, certains roulent à 100. Les terroristes y circulent pour s'enfuir ou s'infiltrer. Nos smartphones (comme ceux d'Apple) permettent de nous y localiser... On peut s'y faire fliquer, berner, escroquer, aimé,rapprocher, ficher... mais c'est nous qui y mettons ce qu'il en ressort ! 😉

Laisser un commentaire