Tinder : l'ex-chef du marketing attaque l'entreprise pour avoir été agressée sexuellement par l'ancien PDG

Rosette Pambakian, ex-chef de marketing et communication chez Tinder, a révélé avoir été agressée par l'ex-CEO de Tinder. About Grant & Eisenhofer P.A.

Rosette Pambakian, ex-chef de marketing et communication de Tinder, a engagé des poursuites contre l'application de rencontre, affirmant qu'elle avait été agressée sexuellement par l'ancien PDG. Le document déposé lundi à la Cour supérieure de Los Angeles affirme que Rosette Pambakian avait été congédiée de son poste l'an dernier après s'être plainte de l'incident présumé datant décembre 2016. Rosette Pambakian a déclaré que Gregory Blatt, qui était alors PDG de Match Group et de Tinder, lui avait fait une proposition obscène lors d'une fête d'entreprise à l'hôtel Beverly Hills, à Los Angeles. Elle affirme qu'il l'a ensuite pelotée et embrassée sans son consentement devant deux témoins.

L'action en justice mentionne le fait que Gregory Blatt aurait dit à Rosette Pambakian à la fête "je bande à chaque fois que je vous regarde", puis il aurait ajouté : "Sortons d'ici." Rosette Pambakian a raconté avoir quitté la fête et être allée dans la chambre d'hôtel d'un collègue avec un autre collègue de travail. Plus tard dans la soirée, Gregory Blatt se serait rendu dans la chambre d'hôtel, toujours selon le document. Rosette Pambakian affirme qu'il l'a agressée dans la chambre d'hôtel alors que ses deux collègues, qualifiés de "subordonnés", étaient présents. "L’accusé Gregory Blatt a alors commencé à toucher de force les seins et le haut des cuisses de la plaignante et à embrasser ses épaules, son cou et sa poitrine sans le consentement de celle-ci", peut-on lire dans le document.

Enquête bidon ou "approfondie" sur les accusations portées par Rosette Pambakian ?

Les avocats de Rosette Pambakian ont déclaré que le propriétaire de Match, InterActiveCorp (IAC), qui est sous le contrôle du magnat des médias Barry Diller, avait mené une enquête bidon qui avait conclu que ce comportement était "consenti".

Un porte-parole du Match a envoyé à Business Insider US une lettre que l'actuelle PDG Mandy Ginsberg a écrite à Rosette Pambakian il y a quelques mois. Dans son message, Mandy Ginsberg affirme que l'incident avait fait l'objet d'une "enquête approfondie" de la part du conseil d'administration, qui avait conclu qu'"aucun harcèlement sexuel n'avait eu lieu". Elle a ajouté : "Je n'étais pas la PDG à l'époque, mais je sais que vous avez été interrogée à au moins deux reprises et que vous n'avez jamais évoqué de harcèlement sexuel". Tinder a refusé de répondre aux questions de CNBC. Gregory Blatt n'a pas pu être joint dans l'immédiat.

L'action en justice n'a pas de rapport avec un autre procès à 2 milliards de dollars intenté conjointement par Rosette Pambakian l'an dernier. Avec neuf autres employés actuels et anciens de Tinder, elle a affirmé qu'IAC avait délibérément sous-évalué Tinder afin de réduire le montant qu'elle devait verser aux premiers employés pour leurs actions. C'est dans ce procès que ses plaintes pour agression sexuelle contre Gregory Blatt ont fait surface.

Version originale : Business Insider / Jake Kanter

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Il existe une version secrète de Tinder pour les gens riches et célèbres

VIDEO: On a testé pour vous le premier fast-food américain qui ne nécessite aucune interaction humaine