Le marché français des fusions-acquisitions se porte bien — voici les 10 banques qui en profitent le plus

Carlos Tavares, président du directoire du groupe PSA Peugeot Citroen, à Paris, a été conseillé par Morgan Stanley pour le rachat d'Opel, elle-même conseillée par Citi et BNP Paribas. REUTERS/Gonzalo Fuentes

Profitant d'une embellie sur le front de la conjoncture économique en Europe et rassurées par l'issue du scrutin présidentiel en France, les entreprises françaises ont accéléré leurs fusions-acquisitions (M&A) depuis le début de l'année.

Les transactions en France ont progressé de 44% en valeur au premier semestre pour atteindre 128, 1 milliards de dollars (112,1 milliards d'euros), selon des données de Thomson Reuters rapportées par Les Echos.

A l'image d'Essilor qui négocie le rachat de l'italien Luxottica, de Suez qui a repris GE Water ou de Legrand avec l'acquisition de l'Américain Milestone AV Technologies, les entreprises françaises se aussi sont montrées très offensives à l'international depuis le début de l'année.

Les acquisitions menées par des entreprises françaises à l'étranger ont été cinq fois plus importantes que l'an dernier sur le premier semestre 2017, totalisant 48,7 milliards de dollars (42,6 milliards d'euros), 

Le marché est donc porteur et lucratif pour les banques d'affaires, ces intermédiaires qui facilitent et organisent ces opérations.

L'une d'elle tire particulièrement bien son épingle du jeu, distançant déjà largement ses concurrentes.

Voici les 10 premières banques d'affaires impliquées dans des fusions-acquisitions avec des entreprises françaises (en milliards de dollars de transactions gérées).

10. Bank of America Merrill Lynch — 14,6 milliards de dollars

La banque BofA ML est intervenue dans le rachat de Zodiac par Safran. REUTERS/Regis Duvignau

9. Natixis — 19,2 milliards de dollars

8. Société générale —23,5 milliards de dollars

Société générale

REUTERS/Gonzalo Fuentes

7. Lazard — 28,5 milliards de dollars

Matthieu Pigasse, directeur général de Lazard France. YouTube/On n'est pas couché

6. Mediobanca — 28,5 milliards de dollars

Mediobanca a participé au rachat de l'Italien Luxotica par le Français Essilor. REUTERS/Alessandro Bianchi

5. Goldman Sachs —  29,7 milliards de dollars

Lloyd Blankfein, PDG de Goldman Sachs. YouTube/New York Times Conferences

4. Crédit Agricole CIB — 32,9 milliards de dollars

3. BNP Paribas — 49 milliards de dollars

BNP Paribas a conseillé Opel pendant l'acquisition par PSA Peugeot Citroen. Ci-dessus: Carlos Tavares, président du directoire du groupe PSA Peugeot Citroen. REUTERS/Gonzalo Fuentes

2. Citi — 50,8 milliards de dollars

1. Rothschild & Co — 61,5 milliards de dollars

La banque Rothschild a conseillé Vivendi dans le rachat des parts de Vincent Bolloré dans Havas. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le spécialiste français de l'hébergement de sites internet persuade JP Morgan et plusieurs banques de lui prêter 400M€ pour financer ses datacenters

VIDEO: Ce mini yacht coûte plus de 113.000€ et ressemble à vaisseau spatial