Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Tous les anciens présidents américains, sauf Donald Trump, exhortent la population à se faire vacciner dans un clip

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Tous les anciens présidents américains, sauf Donald Trump, exhortent la population à se faire vacciner dans un clip
L'ancien président Barack Obama dans la campagne de sensibilisation de l'Ad Council publié jeudi 11 mars. © Ad Council

Tous les anciens présidents américains encore en vie sont apparus dans une campagne publicitaire demandant aux Américains de se faire vacciner contre le Covid-19, à l'exception de Donald Trump, qui a plutôt publié une déclaration réclamant le crédit du vaccin.

Ce jeudi, l'organisation à but non lucratif Ad Council a publié un campagne d'intérêt public mettant en scène les présidents Barack Obama, George W. Bush, Bill Clinton et Jimmy Carter. "Ce vaccin est synonyme d'espoir", déclare Barack Obama dans la vidéo. "Il vous protégera, vous et ceux que vous aimez, de cette maladie dangereuse et mortelle".

À lire aussi — La Russie cultive Donald Trump comme un atout depuis 40 ans, selon un ancien espion du KGB

Donald Trump brillait par son absence, bien qu'on ignore encore s'il lui a été demandé de se joindre à la campagne.

Quelques heures avant le lancement de la campagne, le bureau personnel de Donald Trump en Floride a publié un communiqué dans lequel il revendique son rôle dans le développement des vaccins : "J'espère que tout le monde se souvient, lorsqu'il reçoit le vaccin contre le Covid-19 (souvent appelé virus chinois), que si je n'avais pas été président, vous ne recevriez pas cette belle 'piqûre' avant 5 ans, au mieux, et ne la recevriez probablement pas du tout. J'espère que tout le monde s'en souvient !"

À lire aussi — Donald Trump a ouvert un 'bureau de l'ancien président' pour publier des déclarations depuis la Floride

Interrogé par Insider pour savoir s'il avait été demandé à Donald Trump de se joindre à la campagne, un porte-parole d'Ad Council a déclaré que le projet avec les présidents avait débuté en décembre. Sans préciser si Ad Council avait approché Donald Trump, qui était à l'époque encore président.

Le porte-parole a ajouté que certaines des séquences ont été filmées lors de l'investiture du président Joe Biden, le 20 janvier, à laquelle Donald Trump n'a pas assisté, puisqu'il s'était rendu en avion dans sa station balnéaire de Palm Beach, le matin même.

L'année dernière, Donald Trump avait déclaré qu'il se ferait vacciner, mais il n'a pas précisé quand, ni s'il suivrait l'exemple de Joe Biden et de l'ancien vice-président Mike Pence et se ferait vacciner en direct à la télévision. Pourtant, il a été rapporté plus tôt ce mois-ci que Donald Trump et Melania Trump se sont fait vacciner discrètement à la Maison Blanche en janvier.

L'ancien président américain Donald Trump lors d'un sommet sur le vaccin le 8 décembre 2020.  Evan Vucci/Associated Press

Donald Trump a longtemps revendiqué son rôle dans l'obtention d'un vaccin pour les États-Unis, malgré l'échec de son programme de déploiement de vaccins Operation Warp Speed. Les membres de l'administration Biden ont déclaré qu'ils n'avaient hérité d'aucun plan de distribution de vaccins contre le Covid-19 de Donald Trump. L'un d'eux a même déclaré à CNN qu'ils avaient dû "tout construire à partir de zéro".

Quelques jours avant l'investiture de Joe Biden, l'attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, a tweeté que l'Operation Warp Speed se poursuivrait sous l'administration Biden, mais qu'il était "urgent de remédier aux échecs de l'approche de l'équipe de Donald Trump en matière de distribution de vaccins". Joe Biden a quant à lui qualifié le déploiement des vaccins sous Donald Trump d'"échec lamentable".

Donald Trump n'a pas atteint l'objectif de son administration d'administrer 20 millions de doses avant la fin de 2020. Joe Biden vise à administrer 100 millions de doses de vaccin au cours des 100 premiers jours de son mandat, d'ici le 30 avril. Le plan de Joe Biden semble d'ailleurs être sur la bonne voie.

Entre-temps, des États comme le Texas et le Mississippi ont abandonné le port obligatoire du masque. Mais Joe Biden a déclaré que cette décision était prématurée et constituait un exemple de "pensée néandertalienne".

Version originale : Bill Bostock/Insider

À lire aussi — Donald Trump préparerait un spectaculaire retour sur les réseaux sociaux d'ici la fin du printemps

Découvrir plus d'articles sur :