L'ancien DG d'Uber Travis Kalanick est officiellement de retour — il prend la tête d'une startup de l'immobilier avec 15 employés

Travis Kalanick arrivant à la Allen & Company Sun Valley Conference. AP Photo/Paul Sakluma

  • Travis Kalanick sera bientôt DG d'une petite startup de l'immobilier.
  • A travers son nouveau fonds d'investissement, il a acheté une startup baptisée City Storage Systems est s'est auto-nommé DG.
  • La startup prévoit de racheter des propriétés immobilières en mauvais état et de les rénover pour des entreprises du numérique. C'est une petite structure qui compte 15 employés.

Travis Kalanick, l'ancien DG d'Uber, ne perd pas de temps et rebondit déjà à un autre poste de chef d'entreprise.

Mardi, il a annoncé dans un tweet que son fonds d'investissement 10100 (prononcé "ten-one-hundred" ou "dix-cent" en français) a acheté assez de parts dans la startup immobilière City Storage Systems (CSS) pour en prendre le contrôle, pour 150 millions de dollars. Et ce n'est pas tout: Kalanick rejoint la société en tant que DG.

Kalanick est connu pour être le co-fondateur d'Uber et avoir été son DG, un poste dont il a été évincé de façon spectaculaire en juin 2017 après une série de scandales au niveau de l'entreprise.

Kalanick a récemment vendu une partie de sa part dans Uber à SoftBank — assez pour empocher 1,4 milliard de dollars de liquidités. Il n'a pas perdu de temps et a créé 10100 pour superviser à la fois ses investissements et ses donations caritatives.

CSS est le premier investissement d'envergure de 10100, explique Kalanick dans un tweet.

CSS est une société immobilière qui cherche à acheter "des biens immobiliers abandonnés, particulièrement des parkings, des commerces et des sites industriels", décrit Kalanick.

Il affirme qu'il y a l'équivalent de 10.000 milliards de dollars de biens de ce type à rénover sur le marché. CSS prévoit de "redonner une utilité" à ce type de sites "pour l'ère numérique" écrit-il. Kalanick donne deux exemples de services que propose CSS pour expliquer de quoi il parle: CloudKitchens qui fournit des services, dont des cuisines, aux startups spécialisées dans la livraison de nourriture; et CloudRetail, qui ferait la même chose pour les magasins en ligne.

Par ailleurs, si le nom 10100 semble être une référence au code informatique — Kalanick est ingénieur logiciel — ce n'est pas le cas. Le nom réfère à l'adresse de sa maison d'enfance, explique une personne familière avec le sujet. C'est un hommage subtil à sa mère, qui a été tuée en juin dernier alors que Kalanick se trouvait au milieu de la crise à Uber.

Le nom est censé représenter le retour à ses racines de startuppeur qui débute. CSS est la quatrième startup de Kalanick. Mis à part Uber, les autres comptaient une vingtaine d'employés tout au plus. La première était Scour, une société de partage de fichiers similaire à Napster, qui a cessé d'exister après un procès. La seconde était Red Swoosh, qui a été vendue à Akamai pour 19 millions de dollars.

CSS emploie actuellement 15 personnes, et Kalanick indique dans son tweet qu'il recrute.

Version originale: Julie Bort/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : A la fin de son règne chez Uber, Travis Kalanick aurait apparemment rampé à genoux et offert 200.000$ à un chauffeur qu'il avait engueulé

VIDEO: On a testé pour vous le premier fast-food américain qui ne nécessite aucune interaction humaine